Depuis fin octobre, le nombre des contaminations ne cesse augmenter, passant de 3.600 le 29 octobre à 6.150 une semaine plus tard et à 7.330 lundi, selon le bilan quotidien fourni par l'Organisme national de la santé publique (Eody). Des dizaines de personnes sont décédées quotidiennement en raison du coronavirus, l'Eody ayant enregistré 46 morts mardi contre 65 lundi. "Nous faisons face à une quatrième vague", qui "concerne principalement les non vaccinés", a déclaré mardi soir Kyriakos Mitsotakis, le Premier ministre grec, à l'issue des entretiens avec son homologue néerlandais Mark Rutte en visite officielle à Athènes et dont le pays fait aussi face à une recrudescence de la pandémie.61,2% de la population générale en Grèce s'est fait vacciner. Kyriakos Mitsotakis a souligné que son gouvernement "mettait l'accent sur l'augmentation du nombre des vaccinations" et "sur la prise des mesures sans avoir recours à un confinement". A Thessalonique (nord), la deuxième ville grecque, où le nombre des non vaccinés est particulièrement important, la situation est très tendue à l'hôpital Papanikolaou. Nikos Kapravelos, le directeur des unités d'urgence de cet établissement, a mis en garde dimanche contre une hausse du nombre des contaminations comme c'était le cas pendant la deuxième vague de la pandémie en novembre dernier. Vendredi, l'Eody avait annoncé de nouvelles mesures pour endiguer la pandémie, le passe sanitaire étant désormais obligatoire pour les restaurants et les cafés en plein air. Jusqu'ici, il n'était obligatoire que pour les espaces fermés. Le masque reste toujours obligatoire pour tous à l'intérieur et en plein air dans les espaces de rassemblement. Toutefois, dans plusieurs régions grecques, les mesures ne sont pas respectées, surtout dans certaines églises orthodoxes où des images diffusées récemment par les médias ont montré des fidèles embrassant les icônes sans masque de protection et ne respectant pas la distanciation sociale. (Belga)

Depuis fin octobre, le nombre des contaminations ne cesse augmenter, passant de 3.600 le 29 octobre à 6.150 une semaine plus tard et à 7.330 lundi, selon le bilan quotidien fourni par l'Organisme national de la santé publique (Eody). Des dizaines de personnes sont décédées quotidiennement en raison du coronavirus, l'Eody ayant enregistré 46 morts mardi contre 65 lundi. "Nous faisons face à une quatrième vague", qui "concerne principalement les non vaccinés", a déclaré mardi soir Kyriakos Mitsotakis, le Premier ministre grec, à l'issue des entretiens avec son homologue néerlandais Mark Rutte en visite officielle à Athènes et dont le pays fait aussi face à une recrudescence de la pandémie.61,2% de la population générale en Grèce s'est fait vacciner. Kyriakos Mitsotakis a souligné que son gouvernement "mettait l'accent sur l'augmentation du nombre des vaccinations" et "sur la prise des mesures sans avoir recours à un confinement". A Thessalonique (nord), la deuxième ville grecque, où le nombre des non vaccinés est particulièrement important, la situation est très tendue à l'hôpital Papanikolaou. Nikos Kapravelos, le directeur des unités d'urgence de cet établissement, a mis en garde dimanche contre une hausse du nombre des contaminations comme c'était le cas pendant la deuxième vague de la pandémie en novembre dernier. Vendredi, l'Eody avait annoncé de nouvelles mesures pour endiguer la pandémie, le passe sanitaire étant désormais obligatoire pour les restaurants et les cafés en plein air. Jusqu'ici, il n'était obligatoire que pour les espaces fermés. Le masque reste toujours obligatoire pour tous à l'intérieur et en plein air dans les espaces de rassemblement. Toutefois, dans plusieurs régions grecques, les mesures ne sont pas respectées, surtout dans certaines églises orthodoxes où des images diffusées récemment par les médias ont montré des fidèles embrassant les icônes sans masque de protection et ne respectant pas la distanciation sociale. (Belga)