"Nous craignons une seconde vague d'infections et nous souhaitons être armés", estime le bourgmestre de Deinze. L'obligation du port du masque concerne tous les clients de plus de 12 ans. En tout, 17 commerces de la commune sont concernés. "Si nous demandons aux gens de porter un masque dans les supermarchés, c'est en définitive un petit effort pour se protéger les uns les autres, de même que les employés", observe le maïeur. Une distribution de masques gratuits pour les résidents de la commune a été organisée. "De toutes les villes de Belgique, nous avons observé relativement moins d'infections", concède M. Vermeulen. Il espère que le gouvernement fédéral suivra son exemple, "mais surtout que les bourgmestres puissent faire leur travail dans leur commune. Ces masques sont utiles, nous le savons depuis lors", assure encore l'élu. Le ministre De Crem avait signalé auparavant mardi dans plusieurs médias ne pas s'enthousiasmer de l'initiative de la commune flamande. Il se réfère au décret ministériel qui recommande fortement le port du masque mais ne le rend pas obligatoire. "Ces règles valent partout de même qu'à Deinze", souligne-t-il. En réaction à la position du ministre de l'Intérieur, le bourgmestre Vermeulen a fait savoir via Twitter mardi soir qu'il maintenait l'obligation du port du masque dans les supermarchés et supérettes de sa commune. (Belga)

"Nous craignons une seconde vague d'infections et nous souhaitons être armés", estime le bourgmestre de Deinze. L'obligation du port du masque concerne tous les clients de plus de 12 ans. En tout, 17 commerces de la commune sont concernés. "Si nous demandons aux gens de porter un masque dans les supermarchés, c'est en définitive un petit effort pour se protéger les uns les autres, de même que les employés", observe le maïeur. Une distribution de masques gratuits pour les résidents de la commune a été organisée. "De toutes les villes de Belgique, nous avons observé relativement moins d'infections", concède M. Vermeulen. Il espère que le gouvernement fédéral suivra son exemple, "mais surtout que les bourgmestres puissent faire leur travail dans leur commune. Ces masques sont utiles, nous le savons depuis lors", assure encore l'élu. Le ministre De Crem avait signalé auparavant mardi dans plusieurs médias ne pas s'enthousiasmer de l'initiative de la commune flamande. Il se réfère au décret ministériel qui recommande fortement le port du masque mais ne le rend pas obligatoire. "Ces règles valent partout de même qu'à Deinze", souligne-t-il. En réaction à la position du ministre de l'Intérieur, le bourgmestre Vermeulen a fait savoir via Twitter mardi soir qu'il maintenait l'obligation du port du masque dans les supermarchés et supérettes de sa commune. (Belga)