Cette résolution avait été déposée dès le 15 avril et visait dans un premier temps à soutenir une solidarité européenne par le biais d'"obligations corona". Amendé depuis lors, le texte a désormais pour objectif d'appuyer le plan de 750 milliards d'euros mis sur la table par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Ce plan doit être discuté la semaine prochaine lors d'un sommet européen. La résolution réclame aussi que la compatibilité avec le "Green Deal", la transformation numérique et le respect de l'État de droit constituent des préalables importants à l'octroi des moyens de relance. "Le couple franco-allemand a remis sur le table un plan ambitieux et la Commission européenne l'a entendu et a proposé un plan de 750 milliards d'euros. C'est du jamais vu. Si l'Italie ou l'Espagne tombe, nous tomberons tous", a relevé Samuel Cogolati (Ecolo), auteur du texte. "Et il y aura des conditionnalités, notamment sur les Droits de l'homme. Pas question de donner à la Pologne avec ses zones sans LGBT." La résolution n'a pas été approuvée par la N-VA, le Vlaams Belang ou encore du PTB pour des motifs différents. L'Open Vld s'est abstenu. Finalement, 67 députés ont voté pour, 41 contre pour 37 abstentions. (Belga)

Cette résolution avait été déposée dès le 15 avril et visait dans un premier temps à soutenir une solidarité européenne par le biais d'"obligations corona". Amendé depuis lors, le texte a désormais pour objectif d'appuyer le plan de 750 milliards d'euros mis sur la table par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Ce plan doit être discuté la semaine prochaine lors d'un sommet européen. La résolution réclame aussi que la compatibilité avec le "Green Deal", la transformation numérique et le respect de l'État de droit constituent des préalables importants à l'octroi des moyens de relance. "Le couple franco-allemand a remis sur le table un plan ambitieux et la Commission européenne l'a entendu et a proposé un plan de 750 milliards d'euros. C'est du jamais vu. Si l'Italie ou l'Espagne tombe, nous tomberons tous", a relevé Samuel Cogolati (Ecolo), auteur du texte. "Et il y aura des conditionnalités, notamment sur les Droits de l'homme. Pas question de donner à la Pologne avec ses zones sans LGBT." La résolution n'a pas été approuvée par la N-VA, le Vlaams Belang ou encore du PTB pour des motifs différents. L'Open Vld s'est abstenu. Finalement, 67 députés ont voté pour, 41 contre pour 37 abstentions. (Belga)