Selon un avis des experts de l'OMS publié dans la revue médicale The BMJ, ce traitement est recommandé d'une part chez "les patients avec des formes non-sévères du Covid qui sont à haut risque d'hospitalisation", comme les personnes âgées ou celles dont le système immunitaire est affaibli (par un cancer ou après une greffe d'organe, par exemple). D'autre part, le traitement est recommandé chez les patients atteints "d'une forme sévère ou critique et qui sont séronégatifs, c'est-à-dire qui n'ont pas développé leur propre réponse en anticorps" malgré l'infection. "Pour tous les autres types de patients Covid-19, il est peu probable que les bénéfices apportés par ce traitement aux anticorps soient significatifs", écrit The BMJ dans le communiqué de presse qui accompagne cet avis. "Etant donné le coût élevé et la faible disponibilité de ce traitement, (l'agence internationale d'achat de médicaments) Unitaid est en train de négocier avec le laboratoire Roche (...) pour obtenir des prix plus bas et une distribution équitable à travers toutes les régions, en particulier les pays à faible et moyen revenu", a souligné l'OMS dans un communiqué distinct. L'OMS demande aussi au laboratoire de "transférer sa technologie pour permettre la fabrication de versions équivalentes de ce traitement, afin que tous les patients qui en ont besoin puissent y avoir accès". Conçu par la société de biotechnologies Regeneron et commercialisé par le laboratoire Roche sous le nom de Ronapreve, ce traitement combine deux anticorps (dits "monoclonaux") fabriqués en laboratoire, le casirivimab et l'imdevimab. Injectés en intraveineuse, ils sont censés épauler le système immunitaire pour neutraliser le coronavirus. L'ancien président des Etats-Unis, Donald Trump, avait reçu ce traitement quand il avait attrapé le Covid en septembre/octobre 2020. Ces derniers mois, des ONG ont dénoncé le prix élevé du Ronapreve, qu'elles évaluaient à environ 2.000 dollars (1.700 euros) la dose. Il s'agit seulement du troisième traitement contre le Covid-19 recommandé par l'OMS. (Belga)

Selon un avis des experts de l'OMS publié dans la revue médicale The BMJ, ce traitement est recommandé d'une part chez "les patients avec des formes non-sévères du Covid qui sont à haut risque d'hospitalisation", comme les personnes âgées ou celles dont le système immunitaire est affaibli (par un cancer ou après une greffe d'organe, par exemple). D'autre part, le traitement est recommandé chez les patients atteints "d'une forme sévère ou critique et qui sont séronégatifs, c'est-à-dire qui n'ont pas développé leur propre réponse en anticorps" malgré l'infection. "Pour tous les autres types de patients Covid-19, il est peu probable que les bénéfices apportés par ce traitement aux anticorps soient significatifs", écrit The BMJ dans le communiqué de presse qui accompagne cet avis. "Etant donné le coût élevé et la faible disponibilité de ce traitement, (l'agence internationale d'achat de médicaments) Unitaid est en train de négocier avec le laboratoire Roche (...) pour obtenir des prix plus bas et une distribution équitable à travers toutes les régions, en particulier les pays à faible et moyen revenu", a souligné l'OMS dans un communiqué distinct. L'OMS demande aussi au laboratoire de "transférer sa technologie pour permettre la fabrication de versions équivalentes de ce traitement, afin que tous les patients qui en ont besoin puissent y avoir accès". Conçu par la société de biotechnologies Regeneron et commercialisé par le laboratoire Roche sous le nom de Ronapreve, ce traitement combine deux anticorps (dits "monoclonaux") fabriqués en laboratoire, le casirivimab et l'imdevimab. Injectés en intraveineuse, ils sont censés épauler le système immunitaire pour neutraliser le coronavirus. L'ancien président des Etats-Unis, Donald Trump, avait reçu ce traitement quand il avait attrapé le Covid en septembre/octobre 2020. Ces derniers mois, des ONG ont dénoncé le prix élevé du Ronapreve, qu'elles évaluaient à environ 2.000 dollars (1.700 euros) la dose. Il s'agit seulement du troisième traitement contre le Covid-19 recommandé par l'OMS. (Belga)