"La vaccination ne devrait pas être une condition préalable pour avoir accès au transport international", précise l'une des six nouvelles recommandations approuvées vendredi par le Conseil de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), alignée sur la position de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). "Lorsqu'il sera prouvé que les personnes vaccinées ne transmettront pas le virus SARS-CoV-2 ou présenteront un risque de transmission réduit, les États membres pourraient envisager d'exempter ces personnes des tests de dépistage et/ou des mesures de quarantaine, compte tenu du seuil de risque qu'ils ont accepté", convient cependant l'OACI, basée à Montréal au Canada. "Après la baisse de 70% du trafic aérien, le transport aérien international peut maintenant voir la lumière au bout du tunnel grâce aussi à ces nouvelles recommandations et directives", a commenté Salvatore Sciacchitano, président du Conseil de l'OACI dans un communiqué. Cette recommandation phare de l'OACI émane du Conseil sur la reprise de l'aviation (CART), qu'elle avait créé au début de la pandémie l'an dernier. La Chine a lancé cette semaine un "passeport santé" numérique, espérant relancer les voyages internationaux un an après que l'OMS a qualifié de "pandémie" l'épidémie de Covid-19. L'Union européenne planche aussi sur des mesures de ce type, mais l'initiative se heurte aux réticences de l'Allemagne et de la France. L'UE a promis de présenter à la mi-mars un projet de "passeport vert" pour faciliter les déplacements en son sein. Dans tous les cas, l'OACI appelle les États envisageant de tels "couloirs sanitaires" à se coordonner afin de mettre en oeuvre des mesures "harmonisées". Elle recommande notamment l'accélération de la numérisation et l'harmonisation des tests Covid à l'échelle internationale. L'OACI, basée à Montréal, recommande par ailleurs aux Etats membres de "faciliter l'accès des équipages à la vaccination aussi rapidement que possible". Les Etats doivent tenir "dûment compte du rôle crucial de l'aviation dans la lutte contre la pandémie", notamment pour le transport des vaccins, dans l'élaboration de leurs politiques nationales, préconise l'agence onusienne. L'OACI a aussi décidé de convoquer une conférence ministérielle en octobre pour "rassembler la volonté politique des États et obtenir un engagement en faveur d'une reprise complète du transport aérien international". (Belga)

"La vaccination ne devrait pas être une condition préalable pour avoir accès au transport international", précise l'une des six nouvelles recommandations approuvées vendredi par le Conseil de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), alignée sur la position de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). "Lorsqu'il sera prouvé que les personnes vaccinées ne transmettront pas le virus SARS-CoV-2 ou présenteront un risque de transmission réduit, les États membres pourraient envisager d'exempter ces personnes des tests de dépistage et/ou des mesures de quarantaine, compte tenu du seuil de risque qu'ils ont accepté", convient cependant l'OACI, basée à Montréal au Canada. "Après la baisse de 70% du trafic aérien, le transport aérien international peut maintenant voir la lumière au bout du tunnel grâce aussi à ces nouvelles recommandations et directives", a commenté Salvatore Sciacchitano, président du Conseil de l'OACI dans un communiqué. Cette recommandation phare de l'OACI émane du Conseil sur la reprise de l'aviation (CART), qu'elle avait créé au début de la pandémie l'an dernier. La Chine a lancé cette semaine un "passeport santé" numérique, espérant relancer les voyages internationaux un an après que l'OMS a qualifié de "pandémie" l'épidémie de Covid-19. L'Union européenne planche aussi sur des mesures de ce type, mais l'initiative se heurte aux réticences de l'Allemagne et de la France. L'UE a promis de présenter à la mi-mars un projet de "passeport vert" pour faciliter les déplacements en son sein. Dans tous les cas, l'OACI appelle les États envisageant de tels "couloirs sanitaires" à se coordonner afin de mettre en oeuvre des mesures "harmonisées". Elle recommande notamment l'accélération de la numérisation et l'harmonisation des tests Covid à l'échelle internationale. L'OACI, basée à Montréal, recommande par ailleurs aux Etats membres de "faciliter l'accès des équipages à la vaccination aussi rapidement que possible". Les Etats doivent tenir "dûment compte du rôle crucial de l'aviation dans la lutte contre la pandémie", notamment pour le transport des vaccins, dans l'élaboration de leurs politiques nationales, préconise l'agence onusienne. L'OACI a aussi décidé de convoquer une conférence ministérielle en octobre pour "rassembler la volonté politique des États et obtenir un engagement en faveur d'une reprise complète du transport aérien international". (Belga)