"Les mesures d'interdiction d'entrée sur le territoire national par les ports, aéroports, postes-frontières ont été élargies", indique un décret paru vendredi au Journal officiel. Le 11 mars, Buenos Aires avait interdit l'entrée d'étrangers non résidents dans le pays, mais permettait encore l'arrivée de l'extérieur d'Argentins ou d'étrangers résidents. Seuls pourront encore pénétrer en Argentine les personnes en transit au cours des dernières 48 heures. Les Argentins bloqués à l'étranger, dont le nombre n'a pas été précisé, recevront, eux, un soutien économique du gouvernement. Les 44 millions d'Argentins sont en confinement obligatoire depuis le 20 mars et au moins jusqu'à mardi. Mais un prolongement de la mesure pourrait être annoncé dans les prochaines heures par le gouvernement. "Le jour où nous avons décidé d'imposer le confinement, nous l'avons fait au vu de l'expérience des autres pays : si nous ne stoppons pas depuis le début les possibilités de contamination, comme celle-ci est exponentielle, il y a un moment où nous ne pourrons plus soigner" tout le monde, a déclaré jeudi soir le président Alberto Fernandez. "Nous essayons d'éviter" ce qui est en train de se passer en Italie et en Espagne, a-t-il ajouté dans un entretien télévisé sur une chaîne publique. En Argentine, le nombre de cas déclarés de Covid-19 s'élève à 589, dont 12 décès. La quasi totalité des frontières sont déjà fermées en Amérique latine, où la barre des 10.000 cas déclarés de coronavirus a été franchie vendredi, selon un bilan établi par l'AFP à partir des statistiques officielles fournies par les gouvernements et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). (Belga)

"Les mesures d'interdiction d'entrée sur le territoire national par les ports, aéroports, postes-frontières ont été élargies", indique un décret paru vendredi au Journal officiel. Le 11 mars, Buenos Aires avait interdit l'entrée d'étrangers non résidents dans le pays, mais permettait encore l'arrivée de l'extérieur d'Argentins ou d'étrangers résidents. Seuls pourront encore pénétrer en Argentine les personnes en transit au cours des dernières 48 heures. Les Argentins bloqués à l'étranger, dont le nombre n'a pas été précisé, recevront, eux, un soutien économique du gouvernement. Les 44 millions d'Argentins sont en confinement obligatoire depuis le 20 mars et au moins jusqu'à mardi. Mais un prolongement de la mesure pourrait être annoncé dans les prochaines heures par le gouvernement. "Le jour où nous avons décidé d'imposer le confinement, nous l'avons fait au vu de l'expérience des autres pays : si nous ne stoppons pas depuis le début les possibilités de contamination, comme celle-ci est exponentielle, il y a un moment où nous ne pourrons plus soigner" tout le monde, a déclaré jeudi soir le président Alberto Fernandez. "Nous essayons d'éviter" ce qui est en train de se passer en Italie et en Espagne, a-t-il ajouté dans un entretien télévisé sur une chaîne publique. En Argentine, le nombre de cas déclarés de Covid-19 s'élève à 589, dont 12 décès. La quasi totalité des frontières sont déjà fermées en Amérique latine, où la barre des 10.000 cas déclarés de coronavirus a été franchie vendredi, selon un bilan établi par l'AFP à partir des statistiques officielles fournies par les gouvernements et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). (Belga)