Les moins de 60 ans qui le souhaitent pourront toutefois décider de recevoir le vaccin, mais seulement après "consultation d'un médecin pratiquant la vaccination (...) et une analyse personnalisée des risques", ont indiqué les ministres des 16 régions allemandes et le ministre fédéral dans un communiqué à l'issue d'une réunion. Pour les moins de 60 ans ayant déjà reçu une première dose avec ce vaccin, les ministres leur laissent le choix: soit de se faire injecter une deuxième dose, soit d'attendre la recommandation de la commission vaccinale (STIKO) prévue fin avril. La chancelière Angela Merkel et le ministre de la Santé Jens Spahn doivent tenir plus tard une conférence de presse sur ce sujet. La STIKO avait annoncé peu auparavant sa décision de "recommander le vaccin d'AstraZeneca désormais seulement aux plus de 60 ans". Cet avis s'appuie sur "les données actuellement disponibles montrant l'apparition rare, mais très grave de thromboses comme effet secondaire" touchant "essentiellement des personnes de moins de 60 ans entre 4 et 16 jours après la vaccination", avait-elle précisé. Ce vaccin anti-Covid est l'objet de suspicions dans plusieurs pays après des cas graves de formation de caillots sanguins. L'institut médical Paul-Ehrlich, qui conseille le gouvernement en matière de vaccins, examine 31 signalements de caillots sanguins survenus chez des personnes ayant reçu le vaccin AstraZeneca en Allemagne, a rapporté mardi le magazine Spiegel. Presque tous les cas concernent des femmes jeunes ou d'âge moyen. Plusieurs pays ont suspendu la vaccination avec ce sérum pour ces catégories d'âge, dont la Suède, la Finlande, l'Islande, et la France. Lundi, le Canada a également annoncé une mesure similaire pour les moins de 55 ans en attendant des analyses complémentaires. Suivant les préconisations de l'autorité sanitaire européenne EMA, l'Allemagne avait repris mi-mars l'utilisation de ce vaccin pour toutes les tranches d'âge. L'Allemagne, qui a injecté au moins une dose de vaccin à environ 11% de sa population, a besoin d'accélérer sa campagne de protection contre le coronavirus alors qu'une troisième vague épidémique touche le pays. (Belga)

Les moins de 60 ans qui le souhaitent pourront toutefois décider de recevoir le vaccin, mais seulement après "consultation d'un médecin pratiquant la vaccination (...) et une analyse personnalisée des risques", ont indiqué les ministres des 16 régions allemandes et le ministre fédéral dans un communiqué à l'issue d'une réunion. Pour les moins de 60 ans ayant déjà reçu une première dose avec ce vaccin, les ministres leur laissent le choix: soit de se faire injecter une deuxième dose, soit d'attendre la recommandation de la commission vaccinale (STIKO) prévue fin avril. La chancelière Angela Merkel et le ministre de la Santé Jens Spahn doivent tenir plus tard une conférence de presse sur ce sujet. La STIKO avait annoncé peu auparavant sa décision de "recommander le vaccin d'AstraZeneca désormais seulement aux plus de 60 ans". Cet avis s'appuie sur "les données actuellement disponibles montrant l'apparition rare, mais très grave de thromboses comme effet secondaire" touchant "essentiellement des personnes de moins de 60 ans entre 4 et 16 jours après la vaccination", avait-elle précisé. Ce vaccin anti-Covid est l'objet de suspicions dans plusieurs pays après des cas graves de formation de caillots sanguins. L'institut médical Paul-Ehrlich, qui conseille le gouvernement en matière de vaccins, examine 31 signalements de caillots sanguins survenus chez des personnes ayant reçu le vaccin AstraZeneca en Allemagne, a rapporté mardi le magazine Spiegel. Presque tous les cas concernent des femmes jeunes ou d'âge moyen. Plusieurs pays ont suspendu la vaccination avec ce sérum pour ces catégories d'âge, dont la Suède, la Finlande, l'Islande, et la France. Lundi, le Canada a également annoncé une mesure similaire pour les moins de 55 ans en attendant des analyses complémentaires. Suivant les préconisations de l'autorité sanitaire européenne EMA, l'Allemagne avait repris mi-mars l'utilisation de ce vaccin pour toutes les tranches d'âge. L'Allemagne, qui a injecté au moins une dose de vaccin à environ 11% de sa population, a besoin d'accélérer sa campagne de protection contre le coronavirus alors qu'une troisième vague épidémique touche le pays. (Belga)