"Au sud du pays, dans cette tranche d'âge, un jeune sur deux a déjà pris rendez-vous ou reçu sa première dose, tandis qu'on approche les 20% d'adolescents de 12 à 15 ans ayant fait la même démarche, sachant que ces derniers ont reçu leur invitation la semaine passée. On remarque une bonne réponse des ados chez qui l'adhésion au vaccin est assez remarquable. On est proche des 50% de première dose dans cette population (45% en Wallonie chez les 16-17 ans) et c'est une très bonne nouvelle au moment où le variant Delta circule beaucoup", le membre de la Task Force vaccination. Il précise que les taux de vaccination sont assez équivalents entre les régions alors que la différence avec la Flandre, qui vaccine plus vite, est de l'ordre de 10% chez les plus de 18 ans. En Wallonie cependant, la fermeture de plusieurs centres de vaccination à la suite des intempéries, "risque d'engendrer un décalage". Pour celui qui est aussi expert au sein de l'Agence européenne des médicaments, l'intérêt de se faire vacciner est double pour ce groupe d'âge. "Si on enlève l'aspect bénéfices-risques, se faire vacciner aujourd'hui permettra d'avoir la seconde dose avant la fermeture de certains centres de vaccination le 15 août et disposer du pass vaccinal deux semaines après. Et l'ado aura également une immunité complète pile pour la rentrée (deux semaines après la deuxième dose du 25 août), ce qui est très intéressant vu qu'on entrera dans une phase plus à risque avec beaucoup de secteurs qui reprendront". (Belga)

"Au sud du pays, dans cette tranche d'âge, un jeune sur deux a déjà pris rendez-vous ou reçu sa première dose, tandis qu'on approche les 20% d'adolescents de 12 à 15 ans ayant fait la même démarche, sachant que ces derniers ont reçu leur invitation la semaine passée. On remarque une bonne réponse des ados chez qui l'adhésion au vaccin est assez remarquable. On est proche des 50% de première dose dans cette population (45% en Wallonie chez les 16-17 ans) et c'est une très bonne nouvelle au moment où le variant Delta circule beaucoup", le membre de la Task Force vaccination. Il précise que les taux de vaccination sont assez équivalents entre les régions alors que la différence avec la Flandre, qui vaccine plus vite, est de l'ordre de 10% chez les plus de 18 ans. En Wallonie cependant, la fermeture de plusieurs centres de vaccination à la suite des intempéries, "risque d'engendrer un décalage". Pour celui qui est aussi expert au sein de l'Agence européenne des médicaments, l'intérêt de se faire vacciner est double pour ce groupe d'âge. "Si on enlève l'aspect bénéfices-risques, se faire vacciner aujourd'hui permettra d'avoir la seconde dose avant la fermeture de certains centres de vaccination le 15 août et disposer du pass vaccinal deux semaines après. Et l'ado aura également une immunité complète pile pour la rentrée (deux semaines après la deuxième dose du 25 août), ce qui est très intéressant vu qu'on entrera dans une phase plus à risque avec beaucoup de secteurs qui reprendront". (Belga)