Selon les chiffres de l'Institut de santé publique Sciensano, 22% des personnes testées positives en août revenaient d'un voyage. Les séjours à l'étranger restent donc un facteur de risque de contamination par le coronavirus, ressortait-il ce matin de la conférence de presse du Centre de crise et du SPF Santé publique. Des chiffres et déclarations à "mettre en perspective et à replacer dans leur contexte", souligne l'ABTO dans un communiqué. En effet, une étude permanente, réalisée par l'ABTO en collaboration avec le bureau d'études GFK, indique que 2.432.365 Belges ont séjourné à l'étranger pendant au moins une nuit au cours des deux dernières semaines de juillet et au mois d'août. "Cela signifie que 21,2 % des Belges ont été à l'étranger au cours de cette période. Ces chiffres ne permettent pas de dire que le risque de contamination à l'étranger était plus important qu'en Belgique", écrit l'organisation. Les membres de l'APTO constatent par ailleurs que "les règles d'hygiène sont souvent mieux appliquées à l'étranger et sur les lieux de vacances, à quelques exceptions près, qu'en Belgique". (Belga)

Selon les chiffres de l'Institut de santé publique Sciensano, 22% des personnes testées positives en août revenaient d'un voyage. Les séjours à l'étranger restent donc un facteur de risque de contamination par le coronavirus, ressortait-il ce matin de la conférence de presse du Centre de crise et du SPF Santé publique. Des chiffres et déclarations à "mettre en perspective et à replacer dans leur contexte", souligne l'ABTO dans un communiqué. En effet, une étude permanente, réalisée par l'ABTO en collaboration avec le bureau d'études GFK, indique que 2.432.365 Belges ont séjourné à l'étranger pendant au moins une nuit au cours des deux dernières semaines de juillet et au mois d'août. "Cela signifie que 21,2 % des Belges ont été à l'étranger au cours de cette période. Ces chiffres ne permettent pas de dire que le risque de contamination à l'étranger était plus important qu'en Belgique", écrit l'organisation. Les membres de l'APTO constatent par ailleurs que "les règles d'hygiène sont souvent mieux appliquées à l'étranger et sur les lieux de vacances, à quelques exceptions près, qu'en Belgique". (Belga)