La mucormycose est un type de mycose invasive provoquée par une exposition à un certain groupe de champignons. Elle affecte particulièrement les personnes immuno-déprimées et doit être traitée rapidement. Dans 54% des cas, elle peut en effet se révéler mortelle. Alors que plus de 7.000 cas de mucormycose ont été recensés en Inde parmi des patients guéris du Covid-19 ou en voie de guérison, 219 personnes sont décédées jeudi de cette affection fongique, selon le quotidien indien Hindustan Times. Parmi les personnes touchées, beaucoup souffrent de diabète, une maladie courante en Inde. En outre, l'affection peut être déclenchée ou aggravée par l'utilisation de stéroïdes (souvent utilisés dans le traitement des patients atteints par le coronavirus), relativement aisés à s'en procurer dans le pays. Les États de Maharashtra et Gujarat comptabilisent le plus de cas de cette affection fongique, avec 1.500 malades qui, tous, ont eu le coronavirus. La production d'Amphotéricine B, un traitement souvent utilisé mais en pénurie, a été relancée et quelque 315.000 doses seront importées, a assuré le gouvernement. Dans les cas les plus graves, une partie de la mâchoire ou des yeux est amputée afin d'éviter que le cerveau ne soit atteint. La deuxième vague de coronavirus semble cependant ralentir en Inde, avec 260.000 nouvelles infections jeudi. Le nombre de décès quotidiens reste toutefois élevé, à 4.209. Le pays a enregistré jusqu'à présent 26 millions de contaminations et 291.000 décès mais les experts estiment que ce bilan est sous-évalué. (Belga)

La mucormycose est un type de mycose invasive provoquée par une exposition à un certain groupe de champignons. Elle affecte particulièrement les personnes immuno-déprimées et doit être traitée rapidement. Dans 54% des cas, elle peut en effet se révéler mortelle. Alors que plus de 7.000 cas de mucormycose ont été recensés en Inde parmi des patients guéris du Covid-19 ou en voie de guérison, 219 personnes sont décédées jeudi de cette affection fongique, selon le quotidien indien Hindustan Times. Parmi les personnes touchées, beaucoup souffrent de diabète, une maladie courante en Inde. En outre, l'affection peut être déclenchée ou aggravée par l'utilisation de stéroïdes (souvent utilisés dans le traitement des patients atteints par le coronavirus), relativement aisés à s'en procurer dans le pays. Les États de Maharashtra et Gujarat comptabilisent le plus de cas de cette affection fongique, avec 1.500 malades qui, tous, ont eu le coronavirus. La production d'Amphotéricine B, un traitement souvent utilisé mais en pénurie, a été relancée et quelque 315.000 doses seront importées, a assuré le gouvernement. Dans les cas les plus graves, une partie de la mâchoire ou des yeux est amputée afin d'éviter que le cerveau ne soit atteint. La deuxième vague de coronavirus semble cependant ralentir en Inde, avec 260.000 nouvelles infections jeudi. Le nombre de décès quotidiens reste toutefois élevé, à 4.209. Le pays a enregistré jusqu'à présent 26 millions de contaminations et 291.000 décès mais les experts estiment que ce bilan est sous-évalué. (Belga)