Déjà obligatoire depuis le 8 août dans certains quartiers de la deuxième ville de France, notamment autour du Vieux-Port, le port du masque sera étendu à l'ensemble des sept premiers arrondissements de Marseille -les plus centraux- (qui en compte 16), a indiqué Pierre Dartout lors d'une conférence de presse. Deux types de communes sont visées par l'arrêté: "les communes les plus importantes du département qui disposent d'un centre attractif et dense", comme Aix-en-Provence et Arles, mais également les communes les plus touristiques, qu'elles soient en bord de Méditerranée, comme Cassis, La Ciotat, Carry-le-Rouet, ou dans l'intérieur des terres comme Saint-Rémy-de-Provence et les Baux-de-Provence. Quatorze communes au total sont concernées et, pour chacune, "le périmètre a été délimité en accord avec les maires". L'obligation est aussi étendue "aux espaces extérieurs des centres commerciaux comme à Plan-de-Campagne", une vaste zone de magasins proche de Marseille. Dès lundi, des renforts de police sont attendus sur l'ensemble du département et 703 opérations de contrôle seront menées, a annoncé Denis Mauvais, directeur de cabinet du préfet de police, qui a ajouté que "des contraventions ont déjà été dressées à Marseille". Le département, à l'instar de Paris, a dépassé cette semaine un "seuil d'alerte" selon le directeur adjoint de l'Agence régionale de santé, Sébastien Debeaumont. Le 15 août, le taux d'incidence du virus dans les Bouches-du-Rhône est de 58,40 pour 100.000 habitants, contre 47,1 pour 100.000 une semaine plus tôt. La classe d'âge la plus impactée est celle des 20-40 ans, a ajouté M. Debeaumont, qui a mis en garde contre des clusters (foyers de contamination) provoqués par des retrouvailles familiales, notamment des mariages. Le préfet a également pris un arrêté obligeant toute personne de plus de 11 ans à porter le masque "lorsqu'elle se situe dans un espace d'attente pour accéder à un transport en commun terrestre, fluvial ou maritime", comme les arrêts de bus. (Belga)

Déjà obligatoire depuis le 8 août dans certains quartiers de la deuxième ville de France, notamment autour du Vieux-Port, le port du masque sera étendu à l'ensemble des sept premiers arrondissements de Marseille -les plus centraux- (qui en compte 16), a indiqué Pierre Dartout lors d'une conférence de presse. Deux types de communes sont visées par l'arrêté: "les communes les plus importantes du département qui disposent d'un centre attractif et dense", comme Aix-en-Provence et Arles, mais également les communes les plus touristiques, qu'elles soient en bord de Méditerranée, comme Cassis, La Ciotat, Carry-le-Rouet, ou dans l'intérieur des terres comme Saint-Rémy-de-Provence et les Baux-de-Provence. Quatorze communes au total sont concernées et, pour chacune, "le périmètre a été délimité en accord avec les maires". L'obligation est aussi étendue "aux espaces extérieurs des centres commerciaux comme à Plan-de-Campagne", une vaste zone de magasins proche de Marseille. Dès lundi, des renforts de police sont attendus sur l'ensemble du département et 703 opérations de contrôle seront menées, a annoncé Denis Mauvais, directeur de cabinet du préfet de police, qui a ajouté que "des contraventions ont déjà été dressées à Marseille". Le département, à l'instar de Paris, a dépassé cette semaine un "seuil d'alerte" selon le directeur adjoint de l'Agence régionale de santé, Sébastien Debeaumont. Le 15 août, le taux d'incidence du virus dans les Bouches-du-Rhône est de 58,40 pour 100.000 habitants, contre 47,1 pour 100.000 une semaine plus tôt. La classe d'âge la plus impactée est celle des 20-40 ans, a ajouté M. Debeaumont, qui a mis en garde contre des clusters (foyers de contamination) provoqués par des retrouvailles familiales, notamment des mariages. Le préfet a également pris un arrêté obligeant toute personne de plus de 11 ans à porter le masque "lorsqu'elle se situe dans un espace d'attente pour accéder à un transport en commun terrestre, fluvial ou maritime", comme les arrêts de bus. (Belga)