A Vierville-sur-Mer (Omaha Beach), l'un des principaux théâtres du Débarquement, une cérémonie inaugurée par deux survols de la Patrouille de France a rassemblé moins d'une centaine de personnes, dont les ambassadeurs de huit pays alliés (Etats-Unis, Canada, Danemark, Royaume-Uni, Pologne, Belgique, Norvège, Pays-Bas) et de l'Allemagne, devant le Monument de la Garde nationale des Etats-Unis. Sur place, la secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées Geneviève Darrieussecq a évoqué une cérémonie "simple, sobre et forte". "Cette crise sanitaire nous a contraint à revoir le format des cérémonies. Ce qui est important c'est qu'elles aient lieu, qu'il y ait les représentants de tous les pays et que nous restions tous unis par cette mémoire qui nous rappelle tout simplement que des soldats ont combattu pour des valeurs de notre république, de notre liberté, de notre démocratie", a-t-elle déclaré à la presse. Beaucoup de cérémonies ont dû être annulées cette année en raison du contexte sanitaire. A la levée des drapeaux et aux hymnes nationaux a succédé le traditionnel dépôt de gerbes. La cérémonie s'est achevée par le survol d'un F15 et d'un ravitailleur américain. Dans la matinée, des cérémonies se sont également déroulées au Mémorial de Caen, au cimetière britannique de Bayeux, à Courseulles-sur-Mer (Juno Beach) et au cimetière américain de Colleville-sur-Mer, où Charles Norman Shay, 96 ans, était le seul vétéran américain présent. Une cérémonie a également eu lieu à Arromanches et une autre à Ouistreham pour rendre hommage aux 177 fusiliers marins des Forces françaises libres du commando Kieffer, les seuls Français en uniforme à avoir participé au Débarquement. (Belga)

A Vierville-sur-Mer (Omaha Beach), l'un des principaux théâtres du Débarquement, une cérémonie inaugurée par deux survols de la Patrouille de France a rassemblé moins d'une centaine de personnes, dont les ambassadeurs de huit pays alliés (Etats-Unis, Canada, Danemark, Royaume-Uni, Pologne, Belgique, Norvège, Pays-Bas) et de l'Allemagne, devant le Monument de la Garde nationale des Etats-Unis. Sur place, la secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées Geneviève Darrieussecq a évoqué une cérémonie "simple, sobre et forte". "Cette crise sanitaire nous a contraint à revoir le format des cérémonies. Ce qui est important c'est qu'elles aient lieu, qu'il y ait les représentants de tous les pays et que nous restions tous unis par cette mémoire qui nous rappelle tout simplement que des soldats ont combattu pour des valeurs de notre république, de notre liberté, de notre démocratie", a-t-elle déclaré à la presse. Beaucoup de cérémonies ont dû être annulées cette année en raison du contexte sanitaire. A la levée des drapeaux et aux hymnes nationaux a succédé le traditionnel dépôt de gerbes. La cérémonie s'est achevée par le survol d'un F15 et d'un ravitailleur américain. Dans la matinée, des cérémonies se sont également déroulées au Mémorial de Caen, au cimetière britannique de Bayeux, à Courseulles-sur-Mer (Juno Beach) et au cimetière américain de Colleville-sur-Mer, où Charles Norman Shay, 96 ans, était le seul vétéran américain présent. Une cérémonie a également eu lieu à Arromanches et une autre à Ouistreham pour rendre hommage aux 177 fusiliers marins des Forces françaises libres du commando Kieffer, les seuls Français en uniforme à avoir participé au Débarquement. (Belga)