Le syndicat affirmait avoir "à plusieurs reprises" tenté de convaincre la DG EPI que les visites non surveillées présentent un risque accru de propagation du coronavirus. Selon les représentants pénitentiaires, les visites non surveillées ont été de nouveau autorisées sans être assorties d'une période de quarantaine. Compte tenu des avis du Conseil national de sécurité, les syndicats ont demandé que la quarantaine soit réintroduite, mais pour une durée de sept jours et liée à deux tests. La CGSP a par ailleurs annoncé mercredi avoir à nouveau déposé un préavis et menace de démarrer une grève le dimanche 18 octobre à 22h00. La CSC maintient, elle, son préavis de grève dans les prisons et prévoit donc une action de 48 heures à partir de lundi 6h00. De son côté, le syndicat libéral SLFP/VSOA a levé son préavis d'action, estimant que les autorités ont accédé aux requêtes syndicales. (Belga)

Le syndicat affirmait avoir "à plusieurs reprises" tenté de convaincre la DG EPI que les visites non surveillées présentent un risque accru de propagation du coronavirus. Selon les représentants pénitentiaires, les visites non surveillées ont été de nouveau autorisées sans être assorties d'une période de quarantaine. Compte tenu des avis du Conseil national de sécurité, les syndicats ont demandé que la quarantaine soit réintroduite, mais pour une durée de sept jours et liée à deux tests. La CGSP a par ailleurs annoncé mercredi avoir à nouveau déposé un préavis et menace de démarrer une grève le dimanche 18 octobre à 22h00. La CSC maintient, elle, son préavis de grève dans les prisons et prévoit donc une action de 48 heures à partir de lundi 6h00. De son côté, le syndicat libéral SLFP/VSOA a levé son préavis d'action, estimant que les autorités ont accédé aux requêtes syndicales. (Belga)