Munis de banderoles et de panneaux barrés notamment du mot "liberté", les manifestants ont défilé aux bruits de tambours, de la musique et de sifflets dans le coeur de la capitale britannique, de Hyde Park jusqu'au Parlement. "Je suis ici parce que je pense que le confinement nous a coûté notre liberté et nos droits", a confié Iain McCausland, venu expressément du Devon, dans le sud de l'Angleterre. "Je suis vraiment fâché contre le gouvernement, comme tous le monde ici". Criant "honte à vous!", les manifestants ont jeté des balles de tennis par-dessus les grilles de la résidence officielle du Premier ministre Boris Johnson, au 10 Downing Street, et du Parlement de Westminster. Malgré l'avancement de la campagne de vaccination et un long confinement hivernal, le Royaume-Uni est confronté depuis quelques semaines à une flambée des contaminations attribuée au variant Delta, initialement détecté en Inde et beaucoup plus contagieux. Endeuillé par plus de 128.000 morts, le pays a enregistré plus de 18.000 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures samedi. La détérioration de la situation sanitaire a conduit le gouvernement à repousser de quatre semaines, au 19 juillet, la levée des dernières restrictions encore en place. Cela concerne la réouverture des discothèques, le service au bar et non seulement à table dans les pubs, et la possibilité de se rencontrer à plus de six (ou plus de deux foyers) à l'intérieur. (Belga)

Munis de banderoles et de panneaux barrés notamment du mot "liberté", les manifestants ont défilé aux bruits de tambours, de la musique et de sifflets dans le coeur de la capitale britannique, de Hyde Park jusqu'au Parlement. "Je suis ici parce que je pense que le confinement nous a coûté notre liberté et nos droits", a confié Iain McCausland, venu expressément du Devon, dans le sud de l'Angleterre. "Je suis vraiment fâché contre le gouvernement, comme tous le monde ici". Criant "honte à vous!", les manifestants ont jeté des balles de tennis par-dessus les grilles de la résidence officielle du Premier ministre Boris Johnson, au 10 Downing Street, et du Parlement de Westminster. Malgré l'avancement de la campagne de vaccination et un long confinement hivernal, le Royaume-Uni est confronté depuis quelques semaines à une flambée des contaminations attribuée au variant Delta, initialement détecté en Inde et beaucoup plus contagieux. Endeuillé par plus de 128.000 morts, le pays a enregistré plus de 18.000 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures samedi. La détérioration de la situation sanitaire a conduit le gouvernement à repousser de quatre semaines, au 19 juillet, la levée des dernières restrictions encore en place. Cela concerne la réouverture des discothèques, le service au bar et non seulement à table dans les pubs, et la possibilité de se rencontrer à plus de six (ou plus de deux foyers) à l'intérieur. (Belga)