Parmi ces essais, il y en a un qui va tester un candidat-vaccin de l'entreprise biotechnologique allemande CureVac. Dans les autres cas, il s'agit de médicaments existants et déjà autorisés pour le traitement d'autres affections et dont on cherche à déterminer s'ils pourraient être utiles aussi contre le coronavirus. Notamment les anti-paludiques chloroquine et hydroxychloroquine, la combinaison ritonavir/lopinavir qui freine le VIH ou encore le zilocuplan qui lutte contre la myasthénie, une maladie auto-immune rare. Onze amendements ont également été adoptés, autorisant des changements dans la conception d'un essai clinique précédent. Il peut s'agir de changements assez drastiques, comme tester un autre médicament. "En cette période de crise, cela permet de réagir rapidement" souligne-t-on à l'AFMPS. Tous les essais sont en cours et pourraient concerner au total jusqu'à 3.000 patients en 31 lieux. Il s'agit de personnes qui ont eu d'importants symptômes. Selon l'AFMPS, 18 essais cliniques et 11 amendements en un si court laps de temps pour une maladie, c'est beaucoup. En Belgique, chaque année, quelque 500 essais cliniques sont effectués par les universités, firmes pharmaceutiques et hôpitaux. Ce qui est remarquable ici est que ces instances collaborent souvent. (Belga)

Parmi ces essais, il y en a un qui va tester un candidat-vaccin de l'entreprise biotechnologique allemande CureVac. Dans les autres cas, il s'agit de médicaments existants et déjà autorisés pour le traitement d'autres affections et dont on cherche à déterminer s'ils pourraient être utiles aussi contre le coronavirus. Notamment les anti-paludiques chloroquine et hydroxychloroquine, la combinaison ritonavir/lopinavir qui freine le VIH ou encore le zilocuplan qui lutte contre la myasthénie, une maladie auto-immune rare. Onze amendements ont également été adoptés, autorisant des changements dans la conception d'un essai clinique précédent. Il peut s'agir de changements assez drastiques, comme tester un autre médicament. "En cette période de crise, cela permet de réagir rapidement" souligne-t-on à l'AFMPS. Tous les essais sont en cours et pourraient concerner au total jusqu'à 3.000 patients en 31 lieux. Il s'agit de personnes qui ont eu d'importants symptômes. Selon l'AFMPS, 18 essais cliniques et 11 amendements en un si court laps de temps pour une maladie, c'est beaucoup. En Belgique, chaque année, quelque 500 essais cliniques sont effectués par les universités, firmes pharmaceutiques et hôpitaux. Ce qui est remarquable ici est que ces instances collaborent souvent. (Belga)