L'Inde, qui a enregistré près d'1,2 million de cas de Covid-19, devenant le troisième pays avec le plus d'infections, avait largement levé les mesures de confinement pour relancer son économie. Mais ces dernières semaines, de nombreux Etats du pays qui compte 1,3 milliard d'habitants ont réimposé des restrictions face à l'explosion des cas de la maladie, faisant craindre l'engorgement des systèmes de santé. "Confinement intégral dans tous les districts rouges... à partir de ce soir", ont écrit sur Twitter les autorités du Cachemire indien, précisant que la quasi totalité de la vallée de l'Himalaya, à majorité musulmane, sera confinée jusqu'au 29 juillet. Cette annonce est survenue au lendemain de l'annulation de l'Amarnath Yatra --un pèlerinage hindou dans une grotte de la région qui attire chaque année quelque 300.000 participants--, une première en plus d'un siècle. Environ 40.000 membres des forces de l'ordre et professionnels de santé sont généralement déployés pendant l'Amarnath, qui dure environ deux mois. Cette année, les autorités locales ont déclaré qu'elles n'étaient pas en capacité d'affecter autant de ressources à l'événement en pleine crise sanitaire. Jusqu'à présent, le Cachemire a rapporté 16.000 cas de coronavirus dont 273 morts pour une population de 14 millions d'habitants, ont indiqué mercredi des responsables locaux. Cette annonce du confinement survient également juste avant la fête musulmane du sacrifice Aïd al-Adha et avant le premier anniversaire, le 5 août, de la suppression controversée de l'autonomie du Cachemire par le gouvernement nationaliste hindou de New Delhi. L'Inde et le Pakistan se disputent le Cachemire, divisé de fait entre eux, depuis la partition de l'empire colonial britannique des Indes en 1947. Ces deux pays se sont affrontés dans deux guerres et dans d'innombrables accrochages à son sujet. (Belga)

L'Inde, qui a enregistré près d'1,2 million de cas de Covid-19, devenant le troisième pays avec le plus d'infections, avait largement levé les mesures de confinement pour relancer son économie. Mais ces dernières semaines, de nombreux Etats du pays qui compte 1,3 milliard d'habitants ont réimposé des restrictions face à l'explosion des cas de la maladie, faisant craindre l'engorgement des systèmes de santé. "Confinement intégral dans tous les districts rouges... à partir de ce soir", ont écrit sur Twitter les autorités du Cachemire indien, précisant que la quasi totalité de la vallée de l'Himalaya, à majorité musulmane, sera confinée jusqu'au 29 juillet. Cette annonce est survenue au lendemain de l'annulation de l'Amarnath Yatra --un pèlerinage hindou dans une grotte de la région qui attire chaque année quelque 300.000 participants--, une première en plus d'un siècle. Environ 40.000 membres des forces de l'ordre et professionnels de santé sont généralement déployés pendant l'Amarnath, qui dure environ deux mois. Cette année, les autorités locales ont déclaré qu'elles n'étaient pas en capacité d'affecter autant de ressources à l'événement en pleine crise sanitaire. Jusqu'à présent, le Cachemire a rapporté 16.000 cas de coronavirus dont 273 morts pour une population de 14 millions d'habitants, ont indiqué mercredi des responsables locaux. Cette annonce du confinement survient également juste avant la fête musulmane du sacrifice Aïd al-Adha et avant le premier anniversaire, le 5 août, de la suppression controversée de l'autonomie du Cachemire par le gouvernement nationaliste hindou de New Delhi. L'Inde et le Pakistan se disputent le Cachemire, divisé de fait entre eux, depuis la partition de l'empire colonial britannique des Indes en 1947. Ces deux pays se sont affrontés dans deux guerres et dans d'innombrables accrochages à son sujet. (Belga)