L'apparition d'un foyer de coronavirus dans l'entreprise de transformation de viande de Rheda-Wiedenbrück, l'une des plus importantes du pays, a mené à la fermeture des écoles et des crèches de la région. Les membres du personnel ainsi que leur famille ont été contraints à rester cloîtrés chez eux. La région n'exclut par ailleurs pas d'instaurer un confinement strict. Entre-temps, les autorités politiques discutent de la réorganisation du secteur de la viande, alors que plusieurs critiques affirment que l'épidémie est en partie due au fait que les abattoirs emploient beaucoup de main-d'oeuvre bon marché provenant d'Europe de l'Est, qui vit entassée dans de petits espaces. Des dizaines de soldats ont été déployés afin de lutter contre le foyer épidémique dans l'abattoir de Tönnies. Ceux-ci aident à établir le suivi des contacts des personnes infectées et à traiter les résultats des tests. (Belga)

L'apparition d'un foyer de coronavirus dans l'entreprise de transformation de viande de Rheda-Wiedenbrück, l'une des plus importantes du pays, a mené à la fermeture des écoles et des crèches de la région. Les membres du personnel ainsi que leur famille ont été contraints à rester cloîtrés chez eux. La région n'exclut par ailleurs pas d'instaurer un confinement strict. Entre-temps, les autorités politiques discutent de la réorganisation du secteur de la viande, alors que plusieurs critiques affirment que l'épidémie est en partie due au fait que les abattoirs emploient beaucoup de main-d'oeuvre bon marché provenant d'Europe de l'Est, qui vit entassée dans de petits espaces. Des dizaines de soldats ont été déployés afin de lutter contre le foyer épidémique dans l'abattoir de Tönnies. Ceux-ci aident à établir le suivi des contacts des personnes infectées et à traiter les résultats des tests. (Belga)