Pékin dénonce depuis des mois la mise en place de ce dispositif, qui entrave selon le gouvernement chinois sa propre force de dissuasion. "Nous sommes opposés au déploiement du système Thaad en Corée du Sud. Nous appelons les parties en présence à arrêter ce déploiement immédiatement et nous prendrons fermement les mesures nécessaires pour défendre nos intérêts", a déclaré devant la presse le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang. Lundi, le Colonel Rob Manning, porte-parole des forces américaines en Corée du Sud, avait annoncé que le système Thaad était désormais "opérationnel", avec "la capacité d'intercepter les missiles nord-coréens". Une autre responsable américain avait toutefois indiqué à l'AFP, sous couvert d'anonymat, que le système déployé n'avait atteint que "sa capacité initiale d'interception". (Belga)

Pékin dénonce depuis des mois la mise en place de ce dispositif, qui entrave selon le gouvernement chinois sa propre force de dissuasion. "Nous sommes opposés au déploiement du système Thaad en Corée du Sud. Nous appelons les parties en présence à arrêter ce déploiement immédiatement et nous prendrons fermement les mesures nécessaires pour défendre nos intérêts", a déclaré devant la presse le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang. Lundi, le Colonel Rob Manning, porte-parole des forces américaines en Corée du Sud, avait annoncé que le système Thaad était désormais "opérationnel", avec "la capacité d'intercepter les missiles nord-coréens". Une autre responsable américain avait toutefois indiqué à l'AFP, sous couvert d'anonymat, que le système déployé n'avait atteint que "sa capacité initiale d'interception". (Belga)