Cette initiative intervient quelques jours après la décision des Etats-Unis de prendre des mesures à l'encontre de 10 organisations et six individus, Chinois et Russes, accusés d'apporter leur aide financière à la Corée du Nord en important notamment du charbon. "Nous continuerons à inciter fortement la Corée du Nord à s'orienter vers la dénucléarisation", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, lors d'un point presse régulier. "C'est le moment d'accentuer la pression", a-t-il insisté. Dans le viseur, quatre compagnies chinoises et deux de Namibie, ainsi que deux particuliers. Le rôle de la Chine, pays le plus proche du régime nord-coréen, est considéré comme essentiel dans le dossier, tandis que la Namibie a resserré ses liens avec Pyongyang ces dernières années, selon les médias japonais. Le Japon a déjà pris des sanctions similaires à l'encontre d'entités impliquées dans l'achat de matières premières et dans des travaux de recherche en lien avec les programme nucléaire et balistique de la Corée du Nord. Les dernières datent de fin juillet: elles concernaient alors cinq firmes, dont deux chinoises, et neuf particuliers. (Belga)

Cette initiative intervient quelques jours après la décision des Etats-Unis de prendre des mesures à l'encontre de 10 organisations et six individus, Chinois et Russes, accusés d'apporter leur aide financière à la Corée du Nord en important notamment du charbon. "Nous continuerons à inciter fortement la Corée du Nord à s'orienter vers la dénucléarisation", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, lors d'un point presse régulier. "C'est le moment d'accentuer la pression", a-t-il insisté. Dans le viseur, quatre compagnies chinoises et deux de Namibie, ainsi que deux particuliers. Le rôle de la Chine, pays le plus proche du régime nord-coréen, est considéré comme essentiel dans le dossier, tandis que la Namibie a resserré ses liens avec Pyongyang ces dernières années, selon les médias japonais. Le Japon a déjà pris des sanctions similaires à l'encontre d'entités impliquées dans l'achat de matières premières et dans des travaux de recherche en lien avec les programme nucléaire et balistique de la Corée du Nord. Les dernières datent de fin juillet: elles concernaient alors cinq firmes, dont deux chinoises, et neuf particuliers. (Belga)