Contrairement aux années précédentes, où son allocution du Nouvel An portait essentiellement sur sa politique en matière diplomatique, le leader a fait du développement économique et de la situation alimentaire sa priorité, lors d'une réunion plénière du Parti des travailleurs au pouvoir. Le régime nord-coréen, qui est sous le coup de multiples séries de sanctions internationales en raison de ses programmes militaires interdits, souffre de pénuries alimentaires et peine depuis à nourrir sa population. La pression sur l'économie nord-coréenne a été renforcée par la fermeture des frontières ordonnée pour lutter contre la pandémie. "Il est important de franchir une étape décisive dans la résolution des problèmes liés aux besoins quotidiens de la population", a déclaré dans son discours Kim Yong Un, selon l'agence de presse officielle nord-coréenne KCNA. Le Nord a enregistré en 2020 sa plus importante récession économique depuis deux décennies, selon la banque centrale de Corée du Sud. Le dirigeant avait reconnu en juin que son pays faisait face à une "situation alimentaire tendue". En octobre, un expert des droits de l'Homme des Nations unies avait averti que les plus vulnérables étaient "menacés de famine". Dans son allocution, Kim Jong Un n'a pas mentionné directement ni les Etats-Unis ni la Corée du Sud, se bornant à déclarer que Pyongyang continuerait à renforcer ses capacités militaires. "L'environnement militaire de plus en plus instable dans la péninsule coréenne et la situation internationale exigent le renforcement des capacités de défense nationale", a affirmé Kim Jong Un, cité par KCNA qui n'a pas donné plus de détails sur ce que cela signifie. Les négociations avec les Etats-Unis sont au point mort depuis l'échec, en 2019, de la rencontre entre Kim Jon Un et le président américain Donald Trump, alors président des États-Unis. (Belga)

Contrairement aux années précédentes, où son allocution du Nouvel An portait essentiellement sur sa politique en matière diplomatique, le leader a fait du développement économique et de la situation alimentaire sa priorité, lors d'une réunion plénière du Parti des travailleurs au pouvoir. Le régime nord-coréen, qui est sous le coup de multiples séries de sanctions internationales en raison de ses programmes militaires interdits, souffre de pénuries alimentaires et peine depuis à nourrir sa population. La pression sur l'économie nord-coréenne a été renforcée par la fermeture des frontières ordonnée pour lutter contre la pandémie. "Il est important de franchir une étape décisive dans la résolution des problèmes liés aux besoins quotidiens de la population", a déclaré dans son discours Kim Yong Un, selon l'agence de presse officielle nord-coréenne KCNA. Le Nord a enregistré en 2020 sa plus importante récession économique depuis deux décennies, selon la banque centrale de Corée du Sud. Le dirigeant avait reconnu en juin que son pays faisait face à une "situation alimentaire tendue". En octobre, un expert des droits de l'Homme des Nations unies avait averti que les plus vulnérables étaient "menacés de famine". Dans son allocution, Kim Jong Un n'a pas mentionné directement ni les Etats-Unis ni la Corée du Sud, se bornant à déclarer que Pyongyang continuerait à renforcer ses capacités militaires. "L'environnement militaire de plus en plus instable dans la péninsule coréenne et la situation internationale exigent le renforcement des capacités de défense nationale", a affirmé Kim Jong Un, cité par KCNA qui n'a pas donné plus de détails sur ce que cela signifie. Les négociations avec les Etats-Unis sont au point mort depuis l'échec, en 2019, de la rencontre entre Kim Jon Un et le président américain Donald Trump, alors président des États-Unis. (Belga)