Le sujet des pertes et préjudices ("loss and damages") figure au c?ur des négociations à la COP26, qui jouent les prolongations samedi en Écosse. Il concerne les dommages, le cas échéant irréversibles, dus au dérèglement climatique, au-delà des capacités d'adaptation d'un pays à celui-ci. Les pays du Nord rechignent à trop s'engager sur cette question, craignant, qui la mise en place d'un troisième pilier de financement climat international (après l'atténuation et l'adaptation), qui la multiplication d'actions en justice pour l'obtention de dommages et intérêts. En début de COP26, l'Écosse, par la voie de sa Première ministre Nicola Sturgeon, a annoncé une manne d'un million de livres (près d'1,2 million d'euros) pour financer les pertes et préjudices des pays du Sud. Une annonce surprise et inédite. Ce samedi, c'est donc à la Wallonie d'emboîter le pas de l'Écosse, en mettant à son tour un million d'euros sur la table des pertes et préjudices. "C'est un geste important, en synergie avec le même engagement du gouvernement écossais. Les modalités de mise en oeuvre seront coordonnées entre les deux ministres du climat de ces régions", explique à l'agence Belga le ministre wallon, qui a précisément participé à des négociations à la COP26 sur le volet des pertes et préjudices. (Belga)

Le sujet des pertes et préjudices ("loss and damages") figure au c?ur des négociations à la COP26, qui jouent les prolongations samedi en Écosse. Il concerne les dommages, le cas échéant irréversibles, dus au dérèglement climatique, au-delà des capacités d'adaptation d'un pays à celui-ci. Les pays du Nord rechignent à trop s'engager sur cette question, craignant, qui la mise en place d'un troisième pilier de financement climat international (après l'atténuation et l'adaptation), qui la multiplication d'actions en justice pour l'obtention de dommages et intérêts. En début de COP26, l'Écosse, par la voie de sa Première ministre Nicola Sturgeon, a annoncé une manne d'un million de livres (près d'1,2 million d'euros) pour financer les pertes et préjudices des pays du Sud. Une annonce surprise et inédite. Ce samedi, c'est donc à la Wallonie d'emboîter le pas de l'Écosse, en mettant à son tour un million d'euros sur la table des pertes et préjudices. "C'est un geste important, en synergie avec le même engagement du gouvernement écossais. Les modalités de mise en oeuvre seront coordonnées entre les deux ministres du climat de ces régions", explique à l'agence Belga le ministre wallon, qui a précisément participé à des négociations à la COP26 sur le volet des pertes et préjudices. (Belga)