La Commission européenne doit proposer avant la fin de l'année une liste des énergies considérées comme vertueuses pour le climat, dite "taxonomie verte". Cette classification ouvrira l'accès à la finance verte, donnant un avantage compétitif crucial aux filières reconnues. "L'énergie nucléaire est incompatible avec le principe de +non-préjudice significatif+ de la taxonomie européenne", assurent dans une déclaration commune les ministres de l'Environnement d'Allemagne, d'Autriche, du Danemark, du Luxembourg et du Portugal, rendue publique à l'occasion de la conférence sur le climat qui se tient à Glasgow. "Nous reconnaissons le droit souverain des Etats membres de se décider en faveur ou contre l'énergie nucléaire dans le cadre de leurs systèmes énergétiques nationaux. Mais nous craignons qu'inclure l'énergie nucléaire dans la taxonomie affecterait durablement son intégrité, sa crédibilité et donc son utilité", écrivent-ils. Ils estiment que cette classification pourrait notamment inquiéter certains investisseurs et que "ces voix du marché doivent être entendues". "Nous exhortons la Commission européenne à ne pas mettre en danger la voie courageuse qu'elle a prise pour faire de l'Union européenne le premier marché pour la finance durable", écrivent-ils. Dix Etats de l'UE emmenés par la France avaient publié mi-octobre une tribune soutenant le nucléaire. D'autres pays comme l'Allemagne, l'Autriche ou le Luxembourg se disent opposés, épinglant le problème du stockage à très long terme des déchets radioactifs. Mais Berlin avait semblé ouvrir mi-octobre la voie à un compromis. L'Allemagne doit avoir achevé en 2022 sa sortie du nucléaire, décidée en 2011 après la catastrophe de Fukushima, au Japon. Les autres pays de l'appel publié jeudi n'ont pas de production énergétique nucléaire. (Belga)

La Commission européenne doit proposer avant la fin de l'année une liste des énergies considérées comme vertueuses pour le climat, dite "taxonomie verte". Cette classification ouvrira l'accès à la finance verte, donnant un avantage compétitif crucial aux filières reconnues. "L'énergie nucléaire est incompatible avec le principe de +non-préjudice significatif+ de la taxonomie européenne", assurent dans une déclaration commune les ministres de l'Environnement d'Allemagne, d'Autriche, du Danemark, du Luxembourg et du Portugal, rendue publique à l'occasion de la conférence sur le climat qui se tient à Glasgow. "Nous reconnaissons le droit souverain des Etats membres de se décider en faveur ou contre l'énergie nucléaire dans le cadre de leurs systèmes énergétiques nationaux. Mais nous craignons qu'inclure l'énergie nucléaire dans la taxonomie affecterait durablement son intégrité, sa crédibilité et donc son utilité", écrivent-ils. Ils estiment que cette classification pourrait notamment inquiéter certains investisseurs et que "ces voix du marché doivent être entendues". "Nous exhortons la Commission européenne à ne pas mettre en danger la voie courageuse qu'elle a prise pour faire de l'Union européenne le premier marché pour la finance durable", écrivent-ils. Dix Etats de l'UE emmenés par la France avaient publié mi-octobre une tribune soutenant le nucléaire. D'autres pays comme l'Allemagne, l'Autriche ou le Luxembourg se disent opposés, épinglant le problème du stockage à très long terme des déchets radioactifs. Mais Berlin avait semblé ouvrir mi-octobre la voie à un compromis. L'Allemagne doit avoir achevé en 2022 sa sortie du nucléaire, décidée en 2011 après la catastrophe de Fukushima, au Japon. Les autres pays de l'appel publié jeudi n'ont pas de production énergétique nucléaire. (Belga)