A l'exception de l'Union européenne, les plus gros émetteurs ont en effet fait preuve d'un manque total de volonté pour agir contre le changement climatique à venir, déplore le WWF. Les pays devront justifier leurs positions, de plus en plus en désaccord avec la science et l'opinion publique, auprès des centaines de milliers de jeunes descendus dans la rue ces derniers mois, des nombreuses personnes qui souffrent déjà du changement climatique, et de leurs citoyens respectifs, ajoute-t-il. Les résultats de ce sommet n'offrent aucun progrès sur l'organisation d'un marché du carbone, du respect des droits de l'homme, de la participation de la société civile ou de la perte et de la détérioration du financement en raison des impacts climatiques, énumère l'ONG. L'engagement de l'UE en faveur de la neutralité climatique d'ici 2050 a été l'un des rares points forts de ce sommet, souligne néanmoins le Fonds mondial pour la nature. Avec les pays progressistes du Sud, l'UE peut remettre l'Accord de Paris sur les rails l'année prochaine, espère-t-il. La Belgique figure, pour sa part, en queue du peloton européen, aux yeux du WWF. "Heureusement, notre pays a finalement rejoint la Déclaration de San José (proposée par le Costa Rica), qui appelle au respect de l'Accord de Paris et à de grandes ambitions au niveau mondial. Notre pays a beaucoup de travail à faire pour se conformer à l'Accord de Paris." Pour l'organisation, les gouvernements wallon et bruxellois ont compris qu'il fallait faire avancer la politique climatique de la Belgique. Elle espère que le gouvernement flamand les rejoindra. Le WWF lui demande d'ailleurs de coopérer de manière constructive avec les autres Régions afin de parvenir à une politique climatique efficace pour le pays. (Belga)

A l'exception de l'Union européenne, les plus gros émetteurs ont en effet fait preuve d'un manque total de volonté pour agir contre le changement climatique à venir, déplore le WWF. Les pays devront justifier leurs positions, de plus en plus en désaccord avec la science et l'opinion publique, auprès des centaines de milliers de jeunes descendus dans la rue ces derniers mois, des nombreuses personnes qui souffrent déjà du changement climatique, et de leurs citoyens respectifs, ajoute-t-il. Les résultats de ce sommet n'offrent aucun progrès sur l'organisation d'un marché du carbone, du respect des droits de l'homme, de la participation de la société civile ou de la perte et de la détérioration du financement en raison des impacts climatiques, énumère l'ONG. L'engagement de l'UE en faveur de la neutralité climatique d'ici 2050 a été l'un des rares points forts de ce sommet, souligne néanmoins le Fonds mondial pour la nature. Avec les pays progressistes du Sud, l'UE peut remettre l'Accord de Paris sur les rails l'année prochaine, espère-t-il. La Belgique figure, pour sa part, en queue du peloton européen, aux yeux du WWF. "Heureusement, notre pays a finalement rejoint la Déclaration de San José (proposée par le Costa Rica), qui appelle au respect de l'Accord de Paris et à de grandes ambitions au niveau mondial. Notre pays a beaucoup de travail à faire pour se conformer à l'Accord de Paris." Pour l'organisation, les gouvernements wallon et bruxellois ont compris qu'il fallait faire avancer la politique climatique de la Belgique. Elle espère que le gouvernement flamand les rejoindra. Le WWF lui demande d'ailleurs de coopérer de manière constructive avec les autres Régions afin de parvenir à une politique climatique efficace pour le pays. (Belga)