La Belgique, représentée par la ministre fédérale de l'Energie et de l'Environnement, Marie Christine Marghem, fait partie d'une vingtaine d'Etats à intégrer cette initiative lancée par le Canada et le Royaume-Uni. Cette alliance intitulée "Energiser au-delà du charbon" vise concrètement à "l'abandon de la production d'électricité à partir du charbon". En la rejoignant, la Belgique "souhaite envoyer un message clair que l'âge du charbon est définitivement derrière nous", a déclaré Mme Marghem au cours d'une conférence de presse. Le Canada rappelle que 40% de l'élecricité dans le monde provient des centrales au charbon, l'abandon à terme de ce combustible fossile particulièrement polluant étant un impératif pour atteindre les objectifs de l'Accord de Paris. Selon l'Onu, 80 à 90% des réserves actuelles de charbon devront rester inexploitées si le monde veut tenir l'objectif d'une limitation du réchauffement sous la barre des 2°C. (Belga)

La Belgique, représentée par la ministre fédérale de l'Energie et de l'Environnement, Marie Christine Marghem, fait partie d'une vingtaine d'Etats à intégrer cette initiative lancée par le Canada et le Royaume-Uni. Cette alliance intitulée "Energiser au-delà du charbon" vise concrètement à "l'abandon de la production d'électricité à partir du charbon". En la rejoignant, la Belgique "souhaite envoyer un message clair que l'âge du charbon est définitivement derrière nous", a déclaré Mme Marghem au cours d'une conférence de presse. Le Canada rappelle que 40% de l'élecricité dans le monde provient des centrales au charbon, l'abandon à terme de ce combustible fossile particulièrement polluant étant un impératif pour atteindre les objectifs de l'Accord de Paris. Selon l'Onu, 80 à 90% des réserves actuelles de charbon devront rester inexploitées si le monde veut tenir l'objectif d'une limitation du réchauffement sous la barre des 2°C. (Belga)