Ce dernier a retracé la ligne du temps depuis la confection du budget 2017 en octobre, un exercice présenté comme "risqué" un mois plus tard par la Commission européenne, et à l'égard duquel le comité de monitoring pointait un dérapage d'un milliard d'euros il y a neuf jours.

"Soit tout a changé et les prévisions sont énormément plus favorables en neuf jours, au point que ce trou d'un milliard d'euros a disparu, comme par magie, soit le gouvernement a trouvé des petits arrangements avec les chiffres, ce ne serait pas la première fois", a fustigé Elio Di Rupo, rappelant les rappels à l'ordre de certaines institutions dont la Cour des comptes.

Observant que les investisseurs du Bel 20 engrangeaient des "dividendes records" augmentant de 22%, le président du PS a par ailleurs estimé que "si le gouvernement de Charles Michel avait eu un peu de courage, ce budget aurait pu être sérieux et juste, en mettant à contribution les revenus du capital".

Ce dernier a retracé la ligne du temps depuis la confection du budget 2017 en octobre, un exercice présenté comme "risqué" un mois plus tard par la Commission européenne, et à l'égard duquel le comité de monitoring pointait un dérapage d'un milliard d'euros il y a neuf jours. "Soit tout a changé et les prévisions sont énormément plus favorables en neuf jours, au point que ce trou d'un milliard d'euros a disparu, comme par magie, soit le gouvernement a trouvé des petits arrangements avec les chiffres, ce ne serait pas la première fois", a fustigé Elio Di Rupo, rappelant les rappels à l'ordre de certaines institutions dont la Cour des comptes. Observant que les investisseurs du Bel 20 engrangeaient des "dividendes records" augmentant de 22%, le président du PS a par ailleurs estimé que "si le gouvernement de Charles Michel avait eu un peu de courage, ce budget aurait pu être sérieux et juste, en mettant à contribution les revenus du capital".