Arrivé premier parti francophone à l'issue des élections du 26 mai dernier, le PS a pris la main pour rechercher des coalitions dans les Régions et à la Fédération. A Bruxelles, le ministre-président sortant Rudi Vervoort et la présidente de la Fédération bruxelloise du PS Laurette Onkelinx sont à la manoeuvre. Ils ont rencontré mercredi Ecolo et le MR, avant DéFI et le PTB ce lundi, puis le cdH mardi.

Pour la Wallonie, MM Di Rupo et Magnette ont entamé leurs consultations mercredi en recevant successivement, au Parlement de Wallonie, le MR (Charles Michel et Willy Borsus) et Ecolo (Jean-Marc Nollet et Stéphane Hazée). Ils poursuivront ce travail préparatoire ce lundi avec le cdH et le PTB. Côté centriste, la délégation sera constituée du président Maxime Prévot et de la cheffe de file gouvernementale Alda Greoli. Le vice-président wallon du parti, Jean-Paul Bastin, sera aussi à la table.

Côté pétébiste, ce sont le président Peter Mertens et le député Raoul Hedebouw qui feront le déplacement à Namur. La rencontre avec le cdH pourrait s'avérer cruciale si ce parti, comme l'a laissé entendre dimanche la députée Catherine Fonck sur RTL-TVI, devait apporter le message qu'il opte pour l'opposition au vu de ses piètres résultats électoraux. "Le cdH a été sanctionné aux élections, le signal de l'électeur est de ne pas envoyer le cdH dans des majorités", a affirmé Mme Fonck sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche".

Un tel renoncement exclurait une coalition Olivier (PS-Ecolo-cdH) comme celle qui a gouverné les trois entités fédérées entre 2009 et 2014. Sur RTL, le député PTB Raoul Hedebouw a plaidé pour une coalition PS-Ecolo-PTB, voyant de possibles convergences sur la gratuité des transports publics et en matière de logement public.

Belga

Arrivé premier parti francophone à l'issue des élections du 26 mai dernier, le PS a pris la main pour rechercher des coalitions dans les Régions et à la Fédération. A Bruxelles, le ministre-président sortant Rudi Vervoort et la présidente de la Fédération bruxelloise du PS Laurette Onkelinx sont à la manoeuvre. Ils ont rencontré mercredi Ecolo et le MR, avant DéFI et le PTB ce lundi, puis le cdH mardi. Pour la Wallonie, MM Di Rupo et Magnette ont entamé leurs consultations mercredi en recevant successivement, au Parlement de Wallonie, le MR (Charles Michel et Willy Borsus) et Ecolo (Jean-Marc Nollet et Stéphane Hazée). Ils poursuivront ce travail préparatoire ce lundi avec le cdH et le PTB. Côté centriste, la délégation sera constituée du président Maxime Prévot et de la cheffe de file gouvernementale Alda Greoli. Le vice-président wallon du parti, Jean-Paul Bastin, sera aussi à la table. Côté pétébiste, ce sont le président Peter Mertens et le député Raoul Hedebouw qui feront le déplacement à Namur. La rencontre avec le cdH pourrait s'avérer cruciale si ce parti, comme l'a laissé entendre dimanche la députée Catherine Fonck sur RTL-TVI, devait apporter le message qu'il opte pour l'opposition au vu de ses piètres résultats électoraux. "Le cdH a été sanctionné aux élections, le signal de l'électeur est de ne pas envoyer le cdH dans des majorités", a affirmé Mme Fonck sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche". Un tel renoncement exclurait une coalition Olivier (PS-Ecolo-cdH) comme celle qui a gouverné les trois entités fédérées entre 2009 et 2014. Sur RTL, le député PTB Raoul Hedebouw a plaidé pour une coalition PS-Ecolo-PTB, voyant de possibles convergences sur la gratuité des transports publics et en matière de logement public.Belga