L'annulation de la COP25 au Chili, qui devait se tenir à Santiago en décembre, est justifiée par la protestation sociale qui fait rage depuis plusieurs jours dans le pays sud-américain. M. Rousseau a désormais lancé un appel au ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA) afin que l'événement se tienne en Flandre. "Si le gouvernement estime que la problématique climatique doit figurer haut sur l'agenda, il s'agit d'une excellente occasion de placer la région flamande sur la carte", a commenté M. Rousseau. Les chances que la COP25 se tiennent en Belgique semblent toutefois quasi inexistantes. Le pays n'avait déjà pas été en mesure de déposer sa candidature pour la 26e conférence des parties à la convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques, plus connue sous l'appellation COP26, prévue en principe en 2020. Une étude portant sur le coût de l'organisation, les aspects organisationnels et la faisabilité ainsi que les effets de retour sur l'économie avait été menée, mais avait finalement conduit les autorités à renoncer. La Flandre, en particulier, n'était guère enthousiaste à l'idée d'organiser la COP, précisément pour des raisons budgétaires. (Belga)