Selon l'armée israélienne, l'attaque israélienne contre des positions à Gaza à été menée en réponse à un "barrage de roquettes tirées sur Israël". Cela porte à plus de 30 le nombre de Palestiniens tués lors des opérations israéliennes visant depuis mardi des éléments du Jihad islamique, qui a de son côté tiré plus de 350 roquettes en direction d'Israël, selon les données de l'armée israélienne. "Six citoyens de la famille Abou Malhous, incluant trois enfants et deux femmes, ont été tués dans une frappe israélienne sur leur maison familiale à Deir al-Balah dans le sud de la bande de Gaza", a indiqué le ministère de la Santé dans la bande de Gaza, langue de terre contrôlée par les islamistes du mouvement Hamas. L'armée israélienne avait mené mardi matin une opération ciblée contre Baha Abou al-Ata, un commandant d'un autre groupe, le Jihad Islamique, qui avait péri avec son épouse. Dans la foulée de cette frappe, le Jihad Islamique a lancé un barrage de roquettes sur Israël, qui a de son côté multiplié les frappes aériennes contre les positions de ce groupe islamiste armé. L'armée israélienne accuse notamment le Jihad islamique d'utiliser des boucliers humains pour se protéger de frappes, mais n'a pas ciblé cette fois le Hamas, mouvement islamiste qui contrôle Gaza. Le Hamas et Israël se sont livré trois guerres dans l'enclave depuis 2008. Mais ce groupe, contrairement au Jihad islamique, avait approuvé une trêve négociée par l'entremise de l'ONU, de l'Egypte, pays frontalier de Gaza, et du Qatar, émirat du Golfe qui entretient à la fois des relations avec les groupes de Gaza et Israël. Pour tenter de freiner cette nouvelle spirale de violence, l'émissaire de l'ONU pour le Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, est arrivé mercredi au Caire pour mener avec les Egyptiens --qui bénéficient d'une forte influence sur Gaza et de relations officielles avec Israël-- une médiation en vue d'une "désescalade urgente". (Belga)

Selon l'armée israélienne, l'attaque israélienne contre des positions à Gaza à été menée en réponse à un "barrage de roquettes tirées sur Israël". Cela porte à plus de 30 le nombre de Palestiniens tués lors des opérations israéliennes visant depuis mardi des éléments du Jihad islamique, qui a de son côté tiré plus de 350 roquettes en direction d'Israël, selon les données de l'armée israélienne. "Six citoyens de la famille Abou Malhous, incluant trois enfants et deux femmes, ont été tués dans une frappe israélienne sur leur maison familiale à Deir al-Balah dans le sud de la bande de Gaza", a indiqué le ministère de la Santé dans la bande de Gaza, langue de terre contrôlée par les islamistes du mouvement Hamas. L'armée israélienne avait mené mardi matin une opération ciblée contre Baha Abou al-Ata, un commandant d'un autre groupe, le Jihad Islamique, qui avait péri avec son épouse. Dans la foulée de cette frappe, le Jihad Islamique a lancé un barrage de roquettes sur Israël, qui a de son côté multiplié les frappes aériennes contre les positions de ce groupe islamiste armé. L'armée israélienne accuse notamment le Jihad islamique d'utiliser des boucliers humains pour se protéger de frappes, mais n'a pas ciblé cette fois le Hamas, mouvement islamiste qui contrôle Gaza. Le Hamas et Israël se sont livré trois guerres dans l'enclave depuis 2008. Mais ce groupe, contrairement au Jihad islamique, avait approuvé une trêve négociée par l'entremise de l'ONU, de l'Egypte, pays frontalier de Gaza, et du Qatar, émirat du Golfe qui entretient à la fois des relations avec les groupes de Gaza et Israël. Pour tenter de freiner cette nouvelle spirale de violence, l'émissaire de l'ONU pour le Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, est arrivé mercredi au Caire pour mener avec les Egyptiens --qui bénéficient d'une forte influence sur Gaza et de relations officielles avec Israël-- une médiation en vue d'une "désescalade urgente". (Belga)