Ce plan de paix pour le Proche-Orient élaboré par M. Kushner a été présenté mardi par Donald Trump aux côtés du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Il accorde de nombreuses concessions à l'Etat hébreu et a été rejeté avec véhémence par les autorités palestiniennes. Jared Kushner était interviewé sur CNN pour expliquer pourquoi il était exigé des Palestiniens, avant d'obtenir un Etat, qu'ils aient une presse libre, des élections libres, la liberté de culte, une justice indépendante et un système financier solide. "Aucun pays arabe ne remplit ces critères, certainement pas l'Arabie saoudite ou l'Egypte", pays avec lesquels M. Kushner a travaillé de près, a lancé le présentateur de l'émission à son invité. Le mari d'Ivanka Trump a répliqué que les Territoires palestiniens étaient l'équivalent d'"un Etat policier (...), pas vraiment une démocratie florissante". "Pour les Palestiniens, s'ils veulent que leur peuple ait une vie meilleure, nous avons maintenant un cadre pour le faire", a-t-il ajouté. "S'ils pensent ne pas pouvoir remplir ces critères, alors je ne pense pas que nous puissions amener Israël à prendre le risque de les reconnaître en tant qu'Etat". Jared Kushner a été critiqué pour des propos jugés durs envers les Palestiniens après la présentation du plan. "Par le passé, ils sont passés maîtres dans l'art de gâcher toutes les chances qui leur étaient offertes", avait-il dit mardi sur CNN. "S'ils gâchent cette opportunité (...), je pense qu'ils vont avoir beaucoup de mal à regarder la communauté internationale en face et à dire qu'ils sont des victimes". Le plan américain propose notamment de créer une capitale d'un éventuel Etat palestinien à Abou Dis, un faubourg de Jérusalem. Les Palestiniens, eux, veulent faire de l'ensemble de Jérusalem-Est la capitale de leur Etat. Dans son projet, Donald Trump prévoit aussi l'annexion de l'ensemble des colonies israéliennes ainsi que de la vallée du Jourdain en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967. (Belga)

Ce plan de paix pour le Proche-Orient élaboré par M. Kushner a été présenté mardi par Donald Trump aux côtés du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Il accorde de nombreuses concessions à l'Etat hébreu et a été rejeté avec véhémence par les autorités palestiniennes. Jared Kushner était interviewé sur CNN pour expliquer pourquoi il était exigé des Palestiniens, avant d'obtenir un Etat, qu'ils aient une presse libre, des élections libres, la liberté de culte, une justice indépendante et un système financier solide. "Aucun pays arabe ne remplit ces critères, certainement pas l'Arabie saoudite ou l'Egypte", pays avec lesquels M. Kushner a travaillé de près, a lancé le présentateur de l'émission à son invité. Le mari d'Ivanka Trump a répliqué que les Territoires palestiniens étaient l'équivalent d'"un Etat policier (...), pas vraiment une démocratie florissante". "Pour les Palestiniens, s'ils veulent que leur peuple ait une vie meilleure, nous avons maintenant un cadre pour le faire", a-t-il ajouté. "S'ils pensent ne pas pouvoir remplir ces critères, alors je ne pense pas que nous puissions amener Israël à prendre le risque de les reconnaître en tant qu'Etat". Jared Kushner a été critiqué pour des propos jugés durs envers les Palestiniens après la présentation du plan. "Par le passé, ils sont passés maîtres dans l'art de gâcher toutes les chances qui leur étaient offertes", avait-il dit mardi sur CNN. "S'ils gâchent cette opportunité (...), je pense qu'ils vont avoir beaucoup de mal à regarder la communauté internationale en face et à dire qu'ils sont des victimes". Le plan américain propose notamment de créer une capitale d'un éventuel Etat palestinien à Abou Dis, un faubourg de Jérusalem. Les Palestiniens, eux, veulent faire de l'ensemble de Jérusalem-Est la capitale de leur Etat. Dans son projet, Donald Trump prévoit aussi l'annexion de l'ensemble des colonies israéliennes ainsi que de la vallée du Jourdain en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967. (Belga)