"Les pourparlers à Genève ont montré que notre force est dans l'unité et la cohérence des positions face (...) Aux ultimatums russes", a déclaré M. Kouleba lors d'un entretien téléphonique avec le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, selon un communiqué publié au lendemain de la rencontre. MM. Kouleba et Blinken ont discuté des étapes suivantes pour dissuader Moscou de lancer une attaque contre l'Ukraine, qui combat une rébellion séparatiste prorusse dans l'est de son territoire depuis 2014, selon le communiqué. M. Kouleba a souligné que les Etats-Unis restaient le partenaire essentiel de l'Ukraine pour sa sécurité. Les tensions autour de l'Ukraine ont augmenté ces derniers mois, Washington et les alliés européens de Kiev accusant la Russie d'avoir massé des troupes près de la frontière en vue d'une invasion. Moscou a exigé des garanties écrites excluant l'adhésion de l'Ukraine, et de la Géorgie, à l'Alliance atlantique. Les pourparlers de Genève n'ont débouché que sur la promesse de nouveaux contacts entre Russes et Américains. En réaction à l'arrivée au pouvoir de pro-Occidentaux début 2014 en Ukraine, la Russie a annexé la péninsule de Crimée et soutenu, selon Kiev et les Occidentaux, la rébellion séparatiste dans les régions de l'est frontalières de son territoire. Ce conflit a fait plus de 13.000 morts à ce jour. (Belga)

"Les pourparlers à Genève ont montré que notre force est dans l'unité et la cohérence des positions face (...) Aux ultimatums russes", a déclaré M. Kouleba lors d'un entretien téléphonique avec le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, selon un communiqué publié au lendemain de la rencontre. MM. Kouleba et Blinken ont discuté des étapes suivantes pour dissuader Moscou de lancer une attaque contre l'Ukraine, qui combat une rébellion séparatiste prorusse dans l'est de son territoire depuis 2014, selon le communiqué. M. Kouleba a souligné que les Etats-Unis restaient le partenaire essentiel de l'Ukraine pour sa sécurité. Les tensions autour de l'Ukraine ont augmenté ces derniers mois, Washington et les alliés européens de Kiev accusant la Russie d'avoir massé des troupes près de la frontière en vue d'une invasion. Moscou a exigé des garanties écrites excluant l'adhésion de l'Ukraine, et de la Géorgie, à l'Alliance atlantique. Les pourparlers de Genève n'ont débouché que sur la promesse de nouveaux contacts entre Russes et Américains. En réaction à l'arrivée au pouvoir de pro-Occidentaux début 2014 en Ukraine, la Russie a annexé la péninsule de Crimée et soutenu, selon Kiev et les Occidentaux, la rébellion séparatiste dans les régions de l'est frontalières de son territoire. Ce conflit a fait plus de 13.000 morts à ce jour. (Belga)