"Nous nous sommes mis d'accord pour ne pas rester sans réaction si des parties prenaient des initiatives visant à autre chose qu'à un accord et qu'à la paix ", a déclaré le secrétaire d'Etat américain John Kerry, lors d'une conférence de presse à l'issue de ces discussions du Groupe international de soutien à la Syrie (GISS), co-présidé par la Russie et les Etats-Unis. Le Secrétaire d'Etat américain a par ailleurs déclaré que la date du 1er août fixée pour que les parties impliquées dans le conflit syrien conviennent du cadre d'une transition politique est un "objectif" et pas "une date butoir". Selon les termes du plan de paix approuvé par le Conseil de sécurité des Nations Unies, le régime de Bachar al-Assad et son opposition ont jusqu'en août pour s'accorder sur le cadre d'une transition politique. "La date d'août n'est pas une date butoir, c'est un objectif. Nous reconnaissons tous que si nous faisons des progrès significatifs et si nous avançons, nous respecterons ce processus", a déclaré M. Kerry. Ce dernier a par ailleurs indiqué que les villes assiégées en Syrie par les forces du régime recevront une aide alimentaire internationale par largage aérien si l'ONU n'obtient pas d'accès humanitaire. De son côté, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a affirmé mardi que Moscou ne "soutenait pas" le régime syrien de Bachar al-Assad. "Nous ne soutenons pas Assad, nous soutenons le combat contre le terrorisme (...) Sur le terrain, nous ne voyons pas de forces plus réelles et efficaces que l'armée syrienne, malgré toutes ses faiblesses", a-t-il déclaré. (Belga)

"Nous nous sommes mis d'accord pour ne pas rester sans réaction si des parties prenaient des initiatives visant à autre chose qu'à un accord et qu'à la paix ", a déclaré le secrétaire d'Etat américain John Kerry, lors d'une conférence de presse à l'issue de ces discussions du Groupe international de soutien à la Syrie (GISS), co-présidé par la Russie et les Etats-Unis. Le Secrétaire d'Etat américain a par ailleurs déclaré que la date du 1er août fixée pour que les parties impliquées dans le conflit syrien conviennent du cadre d'une transition politique est un "objectif" et pas "une date butoir". Selon les termes du plan de paix approuvé par le Conseil de sécurité des Nations Unies, le régime de Bachar al-Assad et son opposition ont jusqu'en août pour s'accorder sur le cadre d'une transition politique. "La date d'août n'est pas une date butoir, c'est un objectif. Nous reconnaissons tous que si nous faisons des progrès significatifs et si nous avançons, nous respecterons ce processus", a déclaré M. Kerry. Ce dernier a par ailleurs indiqué que les villes assiégées en Syrie par les forces du régime recevront une aide alimentaire internationale par largage aérien si l'ONU n'obtient pas d'accès humanitaire. De son côté, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a affirmé mardi que Moscou ne "soutenait pas" le régime syrien de Bachar al-Assad. "Nous ne soutenons pas Assad, nous soutenons le combat contre le terrorisme (...) Sur le terrain, nous ne voyons pas de forces plus réelles et efficaces que l'armée syrienne, malgré toutes ses faiblesses", a-t-il déclaré. (Belga)