"Le chef de la branche des Renseignements militaires, le général Hassan Daaboul, a péri dans les attentats terroristes suicide qui ont visé deux sièges de la Sécurité à Homs et qui ont été menés par six kamikazes", a indiqué la chaîne d'État. "Un des kamikazes a spécifiquement visé le général martyr", a-t-elle encore rapporté. Le général Hassan Daaboul est un proche du président Bachar al-Assad et une des personnalités les plus connues des milieux des redoutables services des renseignements syriens. D'après l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui donne un bilan de 42 morts pour les attentats de samedi, trois kamikazes se sont fait exploser par intervalles aux abords des Renseignements militaires. Le dernier a visé le général Daaboul lorsque celui-ci est descendu de son bureau pour s'enquérir de la situation. "Ces attaques sont les plus audacieuses perpétrées à Homs", a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH. Ces attentats visant l'appareil sécuritaire du pouvoir intervient au moment où un quatrième round de négociations se tient à Genève sous l'égide de l'Onu entre régime et opposition. Plusieurs attentats suicide meurtriers ont frappé la ville de Homs ces dernières années, en majorité revendiqués par le groupe djihadiste État islamique (EI). Il y a un an, un double attentat dans la ville avait fait 64 morts, en grande majorité des civils. La veille, un attentat suicide revendiqué par l'EI a fait au moins 51 morts -34 civils et 17 rebelles-, en faisant exploser une voiture piégée dans une localité située à moins de dix kilomètres au nord-est d'Al-Bab. Ce dernier grand fief du groupe djihadiste dans la province syrienne septentrionale d'Alep avait été pris jeudi par des rebelles syriens soutenus par l'armée turque. (Belga)

"Le chef de la branche des Renseignements militaires, le général Hassan Daaboul, a péri dans les attentats terroristes suicide qui ont visé deux sièges de la Sécurité à Homs et qui ont été menés par six kamikazes", a indiqué la chaîne d'État. "Un des kamikazes a spécifiquement visé le général martyr", a-t-elle encore rapporté. Le général Hassan Daaboul est un proche du président Bachar al-Assad et une des personnalités les plus connues des milieux des redoutables services des renseignements syriens. D'après l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui donne un bilan de 42 morts pour les attentats de samedi, trois kamikazes se sont fait exploser par intervalles aux abords des Renseignements militaires. Le dernier a visé le général Daaboul lorsque celui-ci est descendu de son bureau pour s'enquérir de la situation. "Ces attaques sont les plus audacieuses perpétrées à Homs", a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH. Ces attentats visant l'appareil sécuritaire du pouvoir intervient au moment où un quatrième round de négociations se tient à Genève sous l'égide de l'Onu entre régime et opposition. Plusieurs attentats suicide meurtriers ont frappé la ville de Homs ces dernières années, en majorité revendiqués par le groupe djihadiste État islamique (EI). Il y a un an, un double attentat dans la ville avait fait 64 morts, en grande majorité des civils. La veille, un attentat suicide revendiqué par l'EI a fait au moins 51 morts -34 civils et 17 rebelles-, en faisant exploser une voiture piégée dans une localité située à moins de dix kilomètres au nord-est d'Al-Bab. Ce dernier grand fief du groupe djihadiste dans la province syrienne septentrionale d'Alep avait été pris jeudi par des rebelles syriens soutenus par l'armée turque. (Belga)