"Des entretiens auront lieu" entre les deux hommes, "suivis d'une conférence de presse", a déclaré la porte-parole du ministère, Maria Zakharova, à l'AFP. L'envoyé spécial de l'ONU a rencontré lundi à Genève le secrétaire d'Etat américain John Kerry qui tente de sauver la trêve en Syrie, qui est en train de s'effondrer, notamment à Alep. Sa visite à Moscou intervient alors que les Etats-Unis accusent la Syrie de ne pas mettre un frein aux raids menés par le régime syrien sur Alep. Moscou et Washington sont les initiateurs du processus de paix en Syrie et de la trêve entrée en vigueur le 27 février, et M. de Mistura a indiqué que si les deux pays ne parviennent pas à s'entendre il n'est guère probable qu'il y ait des avancées. Alliée du président syrien Bachar al-Assad, la Russie a fait état dimanche de pourparlers en cours pour parvenir à une suspension des combats à Alep. Les Etats-Unis avaient auparavant appelé à l'arrêt des bombardements du gouvernement sur la partie de la ville du nord de la Syrie tenue par les rebelles. Lundi, le général Sergueï Kouralenko, chef du Centre russe pour la réconciliation des parties belligérantes en Syrie, créé par l'armée russe pour superviser la trêve, a déclaré aux journalistes que des pourparlers se poursuivaient pour tenter de faire taire les armes à Alep. (Belga)

"Des entretiens auront lieu" entre les deux hommes, "suivis d'une conférence de presse", a déclaré la porte-parole du ministère, Maria Zakharova, à l'AFP. L'envoyé spécial de l'ONU a rencontré lundi à Genève le secrétaire d'Etat américain John Kerry qui tente de sauver la trêve en Syrie, qui est en train de s'effondrer, notamment à Alep. Sa visite à Moscou intervient alors que les Etats-Unis accusent la Syrie de ne pas mettre un frein aux raids menés par le régime syrien sur Alep. Moscou et Washington sont les initiateurs du processus de paix en Syrie et de la trêve entrée en vigueur le 27 février, et M. de Mistura a indiqué que si les deux pays ne parviennent pas à s'entendre il n'est guère probable qu'il y ait des avancées. Alliée du président syrien Bachar al-Assad, la Russie a fait état dimanche de pourparlers en cours pour parvenir à une suspension des combats à Alep. Les Etats-Unis avaient auparavant appelé à l'arrêt des bombardements du gouvernement sur la partie de la ville du nord de la Syrie tenue par les rebelles. Lundi, le général Sergueï Kouralenko, chef du Centre russe pour la réconciliation des parties belligérantes en Syrie, créé par l'armée russe pour superviser la trêve, a déclaré aux journalistes que des pourparlers se poursuivaient pour tenter de faire taire les armes à Alep. (Belga)