"Il y a toujours de nombreux civils à l'intérieur" du réduit défendu par les djihadistes, a indiqué Adnane Afrine, porte-parole des Forces démocratiques syriennes (FDS). "Nous avons été surpris de voir des civils émerger des tunnels et de souterrains creusés par l'EI", a précisé ce porte-parole dans la nuit de vendredi à samedi. "Nous ne nous attendions pas à un tel nombre (...) c'est pour cela que (l'opération) a été ralentie", a-t-il ajouté. "Nous sommes en train de voir comment en finir avec ces tunnels, soit les sceller soit les faire exploser." Un autre porte-parole des FDS Mustafa Bali s'exprimant du champ pétrolier d'Al-Omar a indiqué qu'il y avait "encore des civils présents à l'intérieur de Baghouz" le réduit que les djihadistes du groupe extrémiste continuent de défendre avec acharnement. "Nous travaillons pour les faire sortir", a précisé ce porte-parole. Selon lui, "certains civils essaient de fuir le réduit mais ils ne peuvent pas le faire". "Une opération est en cours pour pousser les djihadistes à quitter le dernier repaire à l'intérieur de Baghouz qu'ils contrôlent encore", a dit M. Bali. Vendredi, le président américain Donald Trump avait indiqué qu'une annonce sur le "califat" de l'EI serait faite dans les 24 heures. (Belga)