Dans un tweet posté tard dans la soirée, le porte-parole des Forces démocratiques syriennes (FDS), Mustafa Bali, a affirmé que les forces anti-djihadistes avaient conquis dimanche "plusieurs positions de l'EI" et "détenaient désormais plusieurs positions à l'intérieur du camp" ou sont retranchés les djihadistes à Baghouz. Il a ajouté que les "combats se poursuivaient". Soutenues par les raids aériens de la coalition internationale anti-EI conduite par les Etats-Unis, les FDS tentent de déloger les djihadistes de ce village de la province orientale de Deir Ezzor situé non loin de la frontière irakienne. Mais l'offensive a été maintes fois suspendue ou ralentie par l'évacuation de dizaines de milliers de personnes de l'ultime poche djihadiste, réduite à un petit campement informel et des tunnels souterrains. Les frappes s'étaient intensifiées en début de soirée, selon une équipe de l'AFP, qui faisait état de "tirs nourris et de fortes explosions" alors que les avions sillonnaient à nouveau le ciel. L'assaut décisif des forces anti-EI s'inscrit dans le cadre d'une offensive lancée en septembre, qui a permis d'acculer progressivement les djihadistes dans un ultime périmètre au bord de l'Euphrate. Dimanche, le porte-parole des FDS, Kino Gabriel, a souligné qu'aucun calendrier précis ne pouvait être avancé pour la fin de l'opération. Il a indiqué que quelque "5.000 personnes" se trouveraient encore dans l'ultime réduit djihadiste, en se basant sur les récits du dernier groupe d'évacués. M. Gabriel a aussi déclaré que quelque 64.000 personnes étaient sorties depuis janvier de l'enclave de l'EI: parmi elles, 5.000 djihadistes qui ont été arrêtés, et 25.000 proches de combattants. Quelque 34.000 autres civils ont été évacués. (Belga)

Dans un tweet posté tard dans la soirée, le porte-parole des Forces démocratiques syriennes (FDS), Mustafa Bali, a affirmé que les forces anti-djihadistes avaient conquis dimanche "plusieurs positions de l'EI" et "détenaient désormais plusieurs positions à l'intérieur du camp" ou sont retranchés les djihadistes à Baghouz. Il a ajouté que les "combats se poursuivaient". Soutenues par les raids aériens de la coalition internationale anti-EI conduite par les Etats-Unis, les FDS tentent de déloger les djihadistes de ce village de la province orientale de Deir Ezzor situé non loin de la frontière irakienne. Mais l'offensive a été maintes fois suspendue ou ralentie par l'évacuation de dizaines de milliers de personnes de l'ultime poche djihadiste, réduite à un petit campement informel et des tunnels souterrains. Les frappes s'étaient intensifiées en début de soirée, selon une équipe de l'AFP, qui faisait état de "tirs nourris et de fortes explosions" alors que les avions sillonnaient à nouveau le ciel. L'assaut décisif des forces anti-EI s'inscrit dans le cadre d'une offensive lancée en septembre, qui a permis d'acculer progressivement les djihadistes dans un ultime périmètre au bord de l'Euphrate. Dimanche, le porte-parole des FDS, Kino Gabriel, a souligné qu'aucun calendrier précis ne pouvait être avancé pour la fin de l'opération. Il a indiqué que quelque "5.000 personnes" se trouveraient encore dans l'ultime réduit djihadiste, en se basant sur les récits du dernier groupe d'évacués. M. Gabriel a aussi déclaré que quelque 64.000 personnes étaient sorties depuis janvier de l'enclave de l'EI: parmi elles, 5.000 djihadistes qui ont été arrêtés, et 25.000 proches de combattants. Quelque 34.000 autres civils ont été évacués. (Belga)