"Je suis peu optimiste sur l'avenir immédiat de la Syrie. Une fois que la Russie et l'Iran ont pris la décision de soutenir (le président syrien Bachar al-) Assad dans sa campagne aérienne brutale (...) il était difficile de voir une façon pour l'opposition, même entraînée et modérée, de maintenir sa position très longtemps", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Lima. (Belga)

"Je suis peu optimiste sur l'avenir immédiat de la Syrie. Une fois que la Russie et l'Iran ont pris la décision de soutenir (le président syrien Bachar al-) Assad dans sa campagne aérienne brutale (...) il était difficile de voir une façon pour l'opposition, même entraînée et modérée, de maintenir sa position très longtemps", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Lima. (Belga)