"Des obus tirés au cours de la journée de lundi par les groupes rebelles sur plusieurs quartiers sous contrôle du régime ont fait 19 morts, dont trois enfants, et 120 blessés", a affirmé Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH. L'agence officielle Sana a fait état de 16 morts et de 86 blessés dans "des tirs des groupes terroristes du Front Al-Nosra (branche syrienne d'al-Qaïda) et de ses alliés" contre au moins cinq quartiers résidentiels. Par ailleurs, selon l'OSDH, 4 personnes, dont un enfant, ont péri dans des tirs du régime contre les quartiers rebelles, dans l'est d'Alep. Cette journée a été particulièrement meurtrière avec 23 morts. Au total, depuis vendredi, 86 civils ont perdu la vie dans cette ville coupée en deux depuis juillet 2012 et où les artilleurs des deux bords ainsi que l'aviation du régime tirent sur les habitants. En outre, des combats sporadiques ont opposé les troupes du régime aux forces rebelles et islamistes dans plusieurs quartiers de la ville. Dans l'est, les bombardements ont lieu alors que ces quartiers rebelles sont privés d'eau et d'électricité. Dans les quartiers tenus par les insurgés les écoles sont fermées par mesure de sécurité. Les bombardements ont mis en lambeaux le cessez le feu établi le 27 février par la Russie et les États-Unis. (Belga)

"Des obus tirés au cours de la journée de lundi par les groupes rebelles sur plusieurs quartiers sous contrôle du régime ont fait 19 morts, dont trois enfants, et 120 blessés", a affirmé Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH. L'agence officielle Sana a fait état de 16 morts et de 86 blessés dans "des tirs des groupes terroristes du Front Al-Nosra (branche syrienne d'al-Qaïda) et de ses alliés" contre au moins cinq quartiers résidentiels. Par ailleurs, selon l'OSDH, 4 personnes, dont un enfant, ont péri dans des tirs du régime contre les quartiers rebelles, dans l'est d'Alep. Cette journée a été particulièrement meurtrière avec 23 morts. Au total, depuis vendredi, 86 civils ont perdu la vie dans cette ville coupée en deux depuis juillet 2012 et où les artilleurs des deux bords ainsi que l'aviation du régime tirent sur les habitants. En outre, des combats sporadiques ont opposé les troupes du régime aux forces rebelles et islamistes dans plusieurs quartiers de la ville. Dans l'est, les bombardements ont lieu alors que ces quartiers rebelles sont privés d'eau et d'électricité. Dans les quartiers tenus par les insurgés les écoles sont fermées par mesure de sécurité. Les bombardements ont mis en lambeaux le cessez le feu établi le 27 février par la Russie et les États-Unis. (Belga)