Les forces gouvernementales ont bombardé le village de Deir Qanoun, a précisé l'OSDH, en affirmant qu'il s'agissait de l'attaque la plus meurtrière dans cette région depuis l'entrée en vigueur de la trêve le 30 décembre. Au moins 20 autres personnes ont été blessées dans l'attaque, certaines grièvement. Des militants du Comité des médias de Wadi Barada ont affirmé sur Twitter que les bombardements avaient frappé un refuge temporaire où se trouvaient des femmes et des enfants déplacés. Wadi Barada abrite la principale structure d'alimentation en eau de la capitale, qui a été endommagée par les combats. Les 5,5 millions d'habitants de Damas et de sa région sont depuis victimes d'importantes pénuries d'eau depuis le 22 décembre. Les affrontements entre rebelles et forces du régime ont été ravivés samedi soir après l'assassinat d'un responsable du gouvernement qui négociait pour le rétablissement de l'eau vers Damas. Ahmed al-Ghadban se rendait à la principale source de Ain al-Fijeh avec des équipes de maintenance du gouvernement lorsqu'il a été tué. Des combattants de l'opposition et des responsables du gouvernement se sont mutuellement accusés de l'avoir abattu. M. Ghadban, qui avait été nommé samedi, devait superviser les équipes qui travaillent à la réparation de l'infrastructure qui approvisionne la capitale en eau en échange d'une cessation des hostilités et du retrait des combattants rebelles. (Belga)

Les forces gouvernementales ont bombardé le village de Deir Qanoun, a précisé l'OSDH, en affirmant qu'il s'agissait de l'attaque la plus meurtrière dans cette région depuis l'entrée en vigueur de la trêve le 30 décembre. Au moins 20 autres personnes ont été blessées dans l'attaque, certaines grièvement. Des militants du Comité des médias de Wadi Barada ont affirmé sur Twitter que les bombardements avaient frappé un refuge temporaire où se trouvaient des femmes et des enfants déplacés. Wadi Barada abrite la principale structure d'alimentation en eau de la capitale, qui a été endommagée par les combats. Les 5,5 millions d'habitants de Damas et de sa région sont depuis victimes d'importantes pénuries d'eau depuis le 22 décembre. Les affrontements entre rebelles et forces du régime ont été ravivés samedi soir après l'assassinat d'un responsable du gouvernement qui négociait pour le rétablissement de l'eau vers Damas. Ahmed al-Ghadban se rendait à la principale source de Ain al-Fijeh avec des équipes de maintenance du gouvernement lorsqu'il a été tué. Des combattants de l'opposition et des responsables du gouvernement se sont mutuellement accusés de l'avoir abattu. M. Ghadban, qui avait été nommé samedi, devait superviser les équipes qui travaillent à la réparation de l'infrastructure qui approvisionne la capitale en eau en échange d'une cessation des hostilités et du retrait des combattants rebelles. (Belga)