"L'Otan soutiendra le gouvernement afghan 'autant que possible' et 'adaptera' sa présence diplomatique", a annoncé vendredi le secrétaire général de l'Alliance atlantique, le Norgévien Jens Stoltenberg, à l'issue d'une réunion avec les ambassadeurs de l'Alliance à Bruxelles après la décision de Washington et de Londres d'évacuer leurs ressortissants de ce pays d'Asie. "Les (trente pays) alliés de l'Otan sont profondément préoccupés par les niveaux élevés de violence provoqués par l'offensive des talibans, notamment les attaques contre des civils, les assassinats ciblés et les informations faisant état d'autres atteintes graves aux droits de l'homme", a-t-il ajouté dans un communiqué. La réunion extraordinaire des ambassadeurs alliés avait été convoquée par M. Stoltenberg après la décision des États-Unis d'évacuer leurs diplomates et leurs autres ressortissants d'Afghanistan, vingt ans après l'intervention occidentale dans ce pays à la suite des attentats du 11 septembre 2001 à New York et Washington. Mais aucune décision n'a été prise au cours de cette réunion. Les échanges sur la situation ont été "réalistes" et la communication du secrétaire général vise à éviter le sentiment d'un "sauve-qui-peut", a expliqué l'un des participants. L'Otan veut assurer la sécurité de son représentant civil à Kaboul, l'ambassadeur italien Stefano Pontecorvo, et de son équipe. Neuf États de l'Union européenne membres de l'Otan et la représentation de l'UE ont maintenu leurs ambassades, a-t-on appris de source européenne. Les États-Unis ont annoncé jeudi l'envoi de milliers de soldats à Kaboul pour évacuer leurs diplomates et leurs autres ressortissants face à l'avancée rapide des talibans vers la capitale afghane. Londres a pour sa part prévu d'envoyer 600 militaires. (Belga)

"L'Otan soutiendra le gouvernement afghan 'autant que possible' et 'adaptera' sa présence diplomatique", a annoncé vendredi le secrétaire général de l'Alliance atlantique, le Norgévien Jens Stoltenberg, à l'issue d'une réunion avec les ambassadeurs de l'Alliance à Bruxelles après la décision de Washington et de Londres d'évacuer leurs ressortissants de ce pays d'Asie. "Les (trente pays) alliés de l'Otan sont profondément préoccupés par les niveaux élevés de violence provoqués par l'offensive des talibans, notamment les attaques contre des civils, les assassinats ciblés et les informations faisant état d'autres atteintes graves aux droits de l'homme", a-t-il ajouté dans un communiqué. La réunion extraordinaire des ambassadeurs alliés avait été convoquée par M. Stoltenberg après la décision des États-Unis d'évacuer leurs diplomates et leurs autres ressortissants d'Afghanistan, vingt ans après l'intervention occidentale dans ce pays à la suite des attentats du 11 septembre 2001 à New York et Washington. Mais aucune décision n'a été prise au cours de cette réunion. Les échanges sur la situation ont été "réalistes" et la communication du secrétaire général vise à éviter le sentiment d'un "sauve-qui-peut", a expliqué l'un des participants. L'Otan veut assurer la sécurité de son représentant civil à Kaboul, l'ambassadeur italien Stefano Pontecorvo, et de son équipe. Neuf États de l'Union européenne membres de l'Otan et la représentation de l'UE ont maintenu leurs ambassades, a-t-on appris de source européenne. Les États-Unis ont annoncé jeudi l'envoi de milliers de soldats à Kaboul pour évacuer leurs diplomates et leurs autres ressortissants face à l'avancée rapide des talibans vers la capitale afghane. Londres a pour sa part prévu d'envoyer 600 militaires. (Belga)