Les diplomates et les autres ressortissants étrangers étaient évacués à la hâte dimanche de Kaboul, après l'entrée dans la ville des insurgés et la fuite hors d'Afghanistan du président Ashraf Ghani qui a reconnu que le mouvement islamiste radical avait "gagné". "Il y a eu une réduction de personnel à l'ambassade d'Iran à Kaboul", a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saïd Khatibzadeh dans un communiqué, précisant que les employés qui restaient assuraient la "continuité des activités nécessaires" de la représentation. "Sur nos cinq bureaux représentatifs en Afghanistan --Kaboul, Mazar-i-Sharif, Jalalabad, Hérat et Kandahar--, nos collègues en ont évacué trois il y a quelques temps: Mazar-i-Sharif, Jalalabad et Kandahar, et ont continué leurs activités depuis Kaboul", a-t-il ajouté. S'agissant du consulat à Hérat, "nos diplomates sont en sécurité", a-t-il dit . Vendredi, au lendemain de la chute d'Hérat aux mains des talibans, un responsable du ministère avait indiqué que "les forces qui contrôlent la ville" s'étaient "engagées à assurer la sécurité totale du bâtiment, ainsi que celle des diplomates et des employés du consulat". "La violence et l'occupation (...) ne résolvent jamais les problèmes", a déclaré de son côté le ministre iranien sortant des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, sur Twitter. "L'Iran se tient prête à poursuivre ses efforts pour faire la paix", a-t-il ajouté. En à peine dix jours, les talibans, qui avaient lancé leur offensive en mai à la faveur du début du retrait final des troupes américaines et étrangères, ont pris le contrôle de quasiment tout le pays. (Belga)

Les diplomates et les autres ressortissants étrangers étaient évacués à la hâte dimanche de Kaboul, après l'entrée dans la ville des insurgés et la fuite hors d'Afghanistan du président Ashraf Ghani qui a reconnu que le mouvement islamiste radical avait "gagné". "Il y a eu une réduction de personnel à l'ambassade d'Iran à Kaboul", a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saïd Khatibzadeh dans un communiqué, précisant que les employés qui restaient assuraient la "continuité des activités nécessaires" de la représentation. "Sur nos cinq bureaux représentatifs en Afghanistan --Kaboul, Mazar-i-Sharif, Jalalabad, Hérat et Kandahar--, nos collègues en ont évacué trois il y a quelques temps: Mazar-i-Sharif, Jalalabad et Kandahar, et ont continué leurs activités depuis Kaboul", a-t-il ajouté. S'agissant du consulat à Hérat, "nos diplomates sont en sécurité", a-t-il dit . Vendredi, au lendemain de la chute d'Hérat aux mains des talibans, un responsable du ministère avait indiqué que "les forces qui contrôlent la ville" s'étaient "engagées à assurer la sécurité totale du bâtiment, ainsi que celle des diplomates et des employés du consulat". "La violence et l'occupation (...) ne résolvent jamais les problèmes", a déclaré de son côté le ministre iranien sortant des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, sur Twitter. "L'Iran se tient prête à poursuivre ses efforts pour faire la paix", a-t-il ajouté. En à peine dix jours, les talibans, qui avaient lancé leur offensive en mai à la faveur du début du retrait final des troupes américaines et étrangères, ont pris le contrôle de quasiment tout le pays. (Belga)