Le missile qui visait la ville de Jizan (sud) a blessé un Pakistanais, a annoncé la coalition dans un communiqué publié par l'Agence de presse saoudienne. Les rebelles Houthis soutenus par l'Iran ont affirmé sur la chaîne de télévision rebelle Al-Masirah que le missile avait ciblé un camp militaire à Jizan. Les insurgés, qui ont multiplié les tirs de missiles contre l'Arabie saoudite, revendiquent souvent des frappes réussies. Le royaume, qui dirige une coalition militaire anti-Houthis depuis 2015, assure généralement intercepter la plupart des missiles. Il y a une semaine, la défense antiaérienne saoudienne avait intercepté un missile balistique au-dessus de la ville de Jizan, sans parler de victime. Signe que la menace est prise au sérieux, le royaume saoudien a testé le mois dernier un nouveau système d'alerte à la population pour la capitale Ryad et pour la Province orientale, riche en pétrole. Ryad accuse Téhéran, son grand rival régional, de fournir des missiles aux rebelles yéménites. L'Iran reconnaît soutenir politiquement les Houthis mais nie tout appui militaire. Le conflit au Yémen a fait près de 10.000 tués et plus de 55.000 blessés depuis mars 2015, et provoqué une grave crise humanitaire, selon l'ONU. (Belga)

Le missile qui visait la ville de Jizan (sud) a blessé un Pakistanais, a annoncé la coalition dans un communiqué publié par l'Agence de presse saoudienne. Les rebelles Houthis soutenus par l'Iran ont affirmé sur la chaîne de télévision rebelle Al-Masirah que le missile avait ciblé un camp militaire à Jizan. Les insurgés, qui ont multiplié les tirs de missiles contre l'Arabie saoudite, revendiquent souvent des frappes réussies. Le royaume, qui dirige une coalition militaire anti-Houthis depuis 2015, assure généralement intercepter la plupart des missiles. Il y a une semaine, la défense antiaérienne saoudienne avait intercepté un missile balistique au-dessus de la ville de Jizan, sans parler de victime. Signe que la menace est prise au sérieux, le royaume saoudien a testé le mois dernier un nouveau système d'alerte à la population pour la capitale Ryad et pour la Province orientale, riche en pétrole. Ryad accuse Téhéran, son grand rival régional, de fournir des missiles aux rebelles yéménites. L'Iran reconnaît soutenir politiquement les Houthis mais nie tout appui militaire. Le conflit au Yémen a fait près de 10.000 tués et plus de 55.000 blessés depuis mars 2015, et provoqué une grave crise humanitaire, selon l'ONU. (Belga)