Le chercheur Hans Lammerant chez Vredesactie et les experts qui l'ont épaulé ont disséqué et géolocalisé des images, vidéos et photos satellites documentant une bataille qui, entre août et septembre 2019, a opposé les troupes yéménites aux rebelles houthis dans le nord du pays, non loin de la frontière saoudienne. L'analyse de séquences vidéos tournées par Vreedesactie montre non seulement l'implication de la garde nationale saoudienne dans la bataille de la vallée Jabara, mais aussi la détention par ce corps d'armée de matériel FN Herstal. Regagnant peu à peu du terrain, pénétrant dans les avant-postes que désertent les Saoudiens, les Houthis ont saisi, comme le montrent plusieurs images, des fusils-mitrailleurs lourds FN M2HB, des fusils d'assaut FN Scar et F2000, de nombreuses boîtes de munitions aussi. "Cette enquête montre que contrairement à ce qu'a affirmé par le passé le gouvernement wallon, la garde nationale saoudienne opère militairement au Yémen et y utilise des armes ainsi que des munitions belges", conclut Hans Lammerant. "Par conséquent, chaque nouvel armement exporté risque d'être utilisé au Yémen et de contribuer aux violations du droit international humanitaire qui y sont commises. Chaque nouvelle décision relative à l'octroi de licences vers l'Arabie saoudite devra prendre ces éléments en considération". (Belga)

Le chercheur Hans Lammerant chez Vredesactie et les experts qui l'ont épaulé ont disséqué et géolocalisé des images, vidéos et photos satellites documentant une bataille qui, entre août et septembre 2019, a opposé les troupes yéménites aux rebelles houthis dans le nord du pays, non loin de la frontière saoudienne. L'analyse de séquences vidéos tournées par Vreedesactie montre non seulement l'implication de la garde nationale saoudienne dans la bataille de la vallée Jabara, mais aussi la détention par ce corps d'armée de matériel FN Herstal. Regagnant peu à peu du terrain, pénétrant dans les avant-postes que désertent les Saoudiens, les Houthis ont saisi, comme le montrent plusieurs images, des fusils-mitrailleurs lourds FN M2HB, des fusils d'assaut FN Scar et F2000, de nombreuses boîtes de munitions aussi. "Cette enquête montre que contrairement à ce qu'a affirmé par le passé le gouvernement wallon, la garde nationale saoudienne opère militairement au Yémen et y utilise des armes ainsi que des munitions belges", conclut Hans Lammerant. "Par conséquent, chaque nouvel armement exporté risque d'être utilisé au Yémen et de contribuer aux violations du droit international humanitaire qui y sont commises. Chaque nouvelle décision relative à l'octroi de licences vers l'Arabie saoudite devra prendre ces éléments en considération". (Belga)