Pour la troisième journée consécutive, ces heurts ont opposé les Houthis, issus de l'importante minorité zaïdite, une branche dissidente du chiisme, aux partisans de l'ex-président Ali Abdallah Saleh, qui contrôlent ensemble la capitale yéménite. De nombreux témoins ont signalé des tirs nourris dans le sud de Sanaa, et des combats se sont également déroulés près de la résidence du général Tarek Saleh, neveu de l'ex-chef de l'Etat. Des négociations avaient été menées le même jour, pour tenter de faire baisser les tensions, mais ces discussions n'ont pas permis de parvenir à un accord entre le Congrès populaire général (CPG) d'Ali Abdallah Saleh et le mouvement des Houthis, également connu sous le nom d'Ansarullah. Les deux camps sont officiellement alliés depuis qu'ils se sont emparés de Sanaa en septembre 2014, poussant le gouvernement à prendre la fuite. Mais cela n'empêche pas les tensions d'éclater, entre rebelles: en août, déjà, trois personnes avaient été tuées dans des heurts. Mercredi, des affrontements meurtriers avaient fait au moins 14 morts, dont 9 Houthis et 5 pro-Saleh. (Belga)

Pour la troisième journée consécutive, ces heurts ont opposé les Houthis, issus de l'importante minorité zaïdite, une branche dissidente du chiisme, aux partisans de l'ex-président Ali Abdallah Saleh, qui contrôlent ensemble la capitale yéménite. De nombreux témoins ont signalé des tirs nourris dans le sud de Sanaa, et des combats se sont également déroulés près de la résidence du général Tarek Saleh, neveu de l'ex-chef de l'Etat. Des négociations avaient été menées le même jour, pour tenter de faire baisser les tensions, mais ces discussions n'ont pas permis de parvenir à un accord entre le Congrès populaire général (CPG) d'Ali Abdallah Saleh et le mouvement des Houthis, également connu sous le nom d'Ansarullah. Les deux camps sont officiellement alliés depuis qu'ils se sont emparés de Sanaa en septembre 2014, poussant le gouvernement à prendre la fuite. Mais cela n'empêche pas les tensions d'éclater, entre rebelles: en août, déjà, trois personnes avaient été tuées dans des heurts. Mercredi, des affrontements meurtriers avaient fait au moins 14 morts, dont 9 Houthis et 5 pro-Saleh. (Belga)