La pénurie en personnel médical est incontestable dans certaines provinces et dans certaines spécialités, soulignent les jeunes amarantes, et semble s'aggraver. "Via les quotas fédéraux et le concours en fin de première année, la réduction encore plus grande du nombre de médecins risque d'engendrer une augmentation des coûts en soin de santé, notamment dans les maladies chroniques, et de créer ainsi une médecine à deux vitesses. Ce sont donc les citoyens les plus défavorisés qui en feront les frais", déclarent-ils. "Cette situation doit trouver une solution durable", demande de son côté la députée Muriel Gerkens (Ecolo). Les Verts demandent que la ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block, et le ministre francophone de l'Enseignement supérieur, Jean-Claude Marcourt, abordent la formation des médecins et des professionnels de la santé et la régulation de l'offre de soins par bassins de soins. "Si on ne change pas les choses en profondeur, on s'empêche de trouver des solutions innovantes et on amplifiera les discriminations entre étudiants belges et médecins étrangers appelés en Belgique pour remplir les postes vacants pour cause de pénurie des médecins formés chez nous", conclut la députée. (Belga)

La pénurie en personnel médical est incontestable dans certaines provinces et dans certaines spécialités, soulignent les jeunes amarantes, et semble s'aggraver. "Via les quotas fédéraux et le concours en fin de première année, la réduction encore plus grande du nombre de médecins risque d'engendrer une augmentation des coûts en soin de santé, notamment dans les maladies chroniques, et de créer ainsi une médecine à deux vitesses. Ce sont donc les citoyens les plus défavorisés qui en feront les frais", déclarent-ils. "Cette situation doit trouver une solution durable", demande de son côté la députée Muriel Gerkens (Ecolo). Les Verts demandent que la ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block, et le ministre francophone de l'Enseignement supérieur, Jean-Claude Marcourt, abordent la formation des médecins et des professionnels de la santé et la régulation de l'offre de soins par bassins de soins. "Si on ne change pas les choses en profondeur, on s'empêche de trouver des solutions innovantes et on amplifiera les discriminations entre étudiants belges et médecins étrangers appelés en Belgique pour remplir les postes vacants pour cause de pénurie des médecins formés chez nous", conclut la députée. (Belga)