Le Mexique a été le premier pays d'Amérique latine à signer un accord global avec l'UE, en 1997. Les deux parties avaient convenu de moderniser leur relation commerciale. Entamées en mai 2016, les négociations ont abouti à un accord de principe en avril 2018, en laissant certaines questions techniques en suspens. Celles-ci sont maintenant toutes tranchées. La voie est ainsi ouverte à la signature et à la ratification de l'accord. Côté UE, le Conseil et le Parlement européens devront se prononcer. L'accord prévoit d'exempter de droits de douane la quasi-totalité des échanges de biens entre l'UE et le Mexique, selon le commissaire Phil Hogan. Il fixe aussi des règles "novatrices" en matière de développement durable, avec par exemple un engagement sur les résultats de l'application de l'accord de Paris sur le changement climatique. Par ailleurs, c'est la première fois que l'UE intègre dans un accord avec un pays d'Amérique latine des clauses sur la protection des investissements, fait valoir la Commission. L'accord commercial fait partie d'un accord global plus vaste couvrant aussi la protection des droits de l'homme, la coopération politique et la coopération au développement. Il sera également le tout premier accord commercial de l'UE qui comportera des dispositions visant à lutter contre la corruption et le blanchiment de capitaux. Le Mexique est le premier partenaire commercial de l'UE en Amérique latine, avec des échanges bilatéraux valant 66 milliards d'euros pour les biens (en 2019) et 19 milliards pour les services (en 2018). Les exportations européennes de biens au Mexique dépassent les 39 milliards d'euros chaque année. Le volume des échanges de biens a plus que triplé depuis l'entrée en vigueur de l'accord initial en 2001. (Belga)

Le Mexique a été le premier pays d'Amérique latine à signer un accord global avec l'UE, en 1997. Les deux parties avaient convenu de moderniser leur relation commerciale. Entamées en mai 2016, les négociations ont abouti à un accord de principe en avril 2018, en laissant certaines questions techniques en suspens. Celles-ci sont maintenant toutes tranchées. La voie est ainsi ouverte à la signature et à la ratification de l'accord. Côté UE, le Conseil et le Parlement européens devront se prononcer. L'accord prévoit d'exempter de droits de douane la quasi-totalité des échanges de biens entre l'UE et le Mexique, selon le commissaire Phil Hogan. Il fixe aussi des règles "novatrices" en matière de développement durable, avec par exemple un engagement sur les résultats de l'application de l'accord de Paris sur le changement climatique. Par ailleurs, c'est la première fois que l'UE intègre dans un accord avec un pays d'Amérique latine des clauses sur la protection des investissements, fait valoir la Commission. L'accord commercial fait partie d'un accord global plus vaste couvrant aussi la protection des droits de l'homme, la coopération politique et la coopération au développement. Il sera également le tout premier accord commercial de l'UE qui comportera des dispositions visant à lutter contre la corruption et le blanchiment de capitaux. Le Mexique est le premier partenaire commercial de l'UE en Amérique latine, avec des échanges bilatéraux valant 66 milliards d'euros pour les biens (en 2019) et 19 milliards pour les services (en 2018). Les exportations européennes de biens au Mexique dépassent les 39 milliards d'euros chaque année. Le volume des échanges de biens a plus que triplé depuis l'entrée en vigueur de l'accord initial en 2001. (Belga)