La tenue du marathon de Bruxelles en octobre dernier avait suscité un certain émoi lorsqu'il était apparu que le vainqueur masculin s'était vu gratifier d'un prix de 1.000 euros, alors que son homologue féminine n'avait reçu que 300 euros à titre de récompense. La résolution, déposée conjointement par des députés de l'opposition MR et de la majorité PS-cdH, demande en conséquence au gouvernement d'inciter tous les organisateurs d'événements sportifs soutenus financièrement par la Fédération Wallonie-Bruxelles à veiller dorénavant à cette égalité des récompenses pour des épreuves identiques. Les organisateurs de compétitions sportives privées sont, eux, juste invités à suivre ce même exemple. Un inventaire mené en avril dernier par l'Adeps avait révélé une situation contrastée en matière d'octroi de prix et récompenses. Si une majorité des fédérations sportives en Fédération applique déjà une stricte égalité, trois fédérations - celles de football, de basket et de hockey sur gazon- attribuent en revanche des récompenses différentes selon le genre des lauréats. Ces trois fédérations figurent toutefois parmi les plus importantes en termes de nombre d'adhérents. Elles représentent en effet à elles seules un peu plus de 40% de l'ensemble des sportifs affiliés en Fédération. Le ministre des Sports, Rachid Madrane (PS), a dit lors du débat autour du texte soutenir cet objectif d'égalité des récompenses entre hommes et femmes. Il a indiqué d'ailleurs vouloir étudier l'inscription de ce principe dans le cadre légal communautaire à l'occasion de la révision programmée du décret de 2006 portant sur l'organisation et le subventionnement du sport en Fédération Wallonie-Bruxelles. Approuvée mardi à l'unanimité en commission, la résolution devrait être soumise d'ici quinze jours à la sanction de la séance plénière du Parlement. (Belga)

La tenue du marathon de Bruxelles en octobre dernier avait suscité un certain émoi lorsqu'il était apparu que le vainqueur masculin s'était vu gratifier d'un prix de 1.000 euros, alors que son homologue féminine n'avait reçu que 300 euros à titre de récompense. La résolution, déposée conjointement par des députés de l'opposition MR et de la majorité PS-cdH, demande en conséquence au gouvernement d'inciter tous les organisateurs d'événements sportifs soutenus financièrement par la Fédération Wallonie-Bruxelles à veiller dorénavant à cette égalité des récompenses pour des épreuves identiques. Les organisateurs de compétitions sportives privées sont, eux, juste invités à suivre ce même exemple. Un inventaire mené en avril dernier par l'Adeps avait révélé une situation contrastée en matière d'octroi de prix et récompenses. Si une majorité des fédérations sportives en Fédération applique déjà une stricte égalité, trois fédérations - celles de football, de basket et de hockey sur gazon- attribuent en revanche des récompenses différentes selon le genre des lauréats. Ces trois fédérations figurent toutefois parmi les plus importantes en termes de nombre d'adhérents. Elles représentent en effet à elles seules un peu plus de 40% de l'ensemble des sportifs affiliés en Fédération. Le ministre des Sports, Rachid Madrane (PS), a dit lors du débat autour du texte soutenir cet objectif d'égalité des récompenses entre hommes et femmes. Il a indiqué d'ailleurs vouloir étudier l'inscription de ce principe dans le cadre légal communautaire à l'occasion de la révision programmée du décret de 2006 portant sur l'organisation et le subventionnement du sport en Fédération Wallonie-Bruxelles. Approuvée mardi à l'unanimité en commission, la résolution devrait être soumise d'ici quinze jours à la sanction de la séance plénière du Parlement. (Belga)