Dans le cadre de la 63e session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies, "D'une seule voix pour l'avortement" n'a pas été aisé à organiser. Encore tabou dans de nombreux Etats membres, le sujet aurait volontairement été placé tôt en début de journée pour éviter l'attroupement de militants de mouvements pro-vie. Toutefois, la manifestation a rencontré un réel succès, selon la délégation belge. Faisant salle comble, les pro et anti-avortement se sont cependant côtoyés dans le calme. "Il s'agit de s'affranchir du carcan moral et patriarcal qui pèse sur les femmes pour leur permettre de penser leur vie et leur sexualité autrement qu'à travers le prisme de la reproduction", a indiqué le ministre-président pour entrer dans le vif du sujet. Dans certains pays, le droit à l'interruption volontaire de grossesse (IVG) "peine encore à s'imposer ou alors il vacille sous l'assaut des pressions néo-conservatrices", a franchement lancé M. Demotte, prenant en exemple les Etats-Unis, l'Italie ou encore le Salvador. "Peu importe les circonstances qui peuvent mener une femme à subir une grossesse non désirée, l'espace de liberté que l'Etat doit offrir à celle qui désire y mettre fin n'est pas négociable", a conclu le ministre-président de la FWB. Sur les 56 millions d'avortements pratiqués dans le monde, la moitié le sont encore dans la clandestinité, avec pour conséquence la mort de quelque 47.000 femmes par an, soit une femme toutes les neuf minutes. (Belga)

Dans le cadre de la 63e session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies, "D'une seule voix pour l'avortement" n'a pas été aisé à organiser. Encore tabou dans de nombreux Etats membres, le sujet aurait volontairement été placé tôt en début de journée pour éviter l'attroupement de militants de mouvements pro-vie. Toutefois, la manifestation a rencontré un réel succès, selon la délégation belge. Faisant salle comble, les pro et anti-avortement se sont cependant côtoyés dans le calme. "Il s'agit de s'affranchir du carcan moral et patriarcal qui pèse sur les femmes pour leur permettre de penser leur vie et leur sexualité autrement qu'à travers le prisme de la reproduction", a indiqué le ministre-président pour entrer dans le vif du sujet. Dans certains pays, le droit à l'interruption volontaire de grossesse (IVG) "peine encore à s'imposer ou alors il vacille sous l'assaut des pressions néo-conservatrices", a franchement lancé M. Demotte, prenant en exemple les Etats-Unis, l'Italie ou encore le Salvador. "Peu importe les circonstances qui peuvent mener une femme à subir une grossesse non désirée, l'espace de liberté que l'Etat doit offrir à celle qui désire y mettre fin n'est pas négociable", a conclu le ministre-président de la FWB. Sur les 56 millions d'avortements pratiqués dans le monde, la moitié le sont encore dans la clandestinité, avec pour conséquence la mort de quelque 47.000 femmes par an, soit une femme toutes les neuf minutes. (Belga)