Cyrille Fijnaut a écrit au président de la Chambre Siegfried Bracke. Le criminologue néerlandais y indique avoir ressenti un manque de "confiance" nécessaire pour faire valoir dans la "sérénité" son expertise en matière de terrorisme et de lutte contre le terrorisme. Il qualifie d'"inacceptable" le fait que l'opposition puisse mettre en doute son "intégrité" et reproche également au président de la commission Patrick Dewael d'avoir permis qu'elle agisse ainsi. Ancien conseiller du Premier ministre Guy Verhofstadt, Brice De Ruyver a également fait savoir qu'il renonçait. Un premier vote était intervenu pour avaliser le nom des quatre experts et le président de la commission a demandé lundi si un deuxième vote était nécessaire. Personne ne l'a exigé. "Il n'y avait pas d'opposition. Nous étions rassurés par le fait que d'autres experts puissent éventuellement être désignés en fonction des thématiques évoquées", a notamment commenté mardi Georges Dallemagne (cdH). Dans son courrier, Cyrille Fijnaut pointe particulièrement du doigt l'attitude du PS, or les socialistes, certes critiques, n'ont pas exigé le départ des experts. (Belga)

Cyrille Fijnaut a écrit au président de la Chambre Siegfried Bracke. Le criminologue néerlandais y indique avoir ressenti un manque de "confiance" nécessaire pour faire valoir dans la "sérénité" son expertise en matière de terrorisme et de lutte contre le terrorisme. Il qualifie d'"inacceptable" le fait que l'opposition puisse mettre en doute son "intégrité" et reproche également au président de la commission Patrick Dewael d'avoir permis qu'elle agisse ainsi. Ancien conseiller du Premier ministre Guy Verhofstadt, Brice De Ruyver a également fait savoir qu'il renonçait. Un premier vote était intervenu pour avaliser le nom des quatre experts et le président de la commission a demandé lundi si un deuxième vote était nécessaire. Personne ne l'a exigé. "Il n'y avait pas d'opposition. Nous étions rassurés par le fait que d'autres experts puissent éventuellement être désignés en fonction des thématiques évoquées", a notamment commenté mardi Georges Dallemagne (cdH). Dans son courrier, Cyrille Fijnaut pointe particulièrement du doigt l'attitude du PS, or les socialistes, certes critiques, n'ont pas exigé le départ des experts. (Belga)