L'interview politique s'apparente souvent à un numéro d'équilibriste entre la réalité avérée et celle que l'interlocuteur aimerait communiquer. Sauf en ce qui concerne les incivilités à Liège : tous les élus contactés pour ce dossier sont d'accord pour l'affirmer, la situation est grave. Dépôts clandestins de déchets, façades prises pour des urinoirs quand elles ne sont pas recouvertes de l'un ou l'autre tag : difficile d'ignorer la réalité. D'ailleurs, le bourgmestre lui-même n'a-t-il pas fait de la lutte contre les incivilités le fil rouge de sa dernière campagne électorale ? Une approche qui a (notamment) permis à Willy Demeyer (PS) d'être réélu il y a un an. Petite consolation pour celui qui s'avoue découragé par la problématique des incivilités dans la Cité ardente. Même s'il assure que " quand on compare à d'autres villes, je ne suis pas sûr que la situation soit plus grave à Liège ", il reconnaît que " quand on consacre beaucoup de temps et de moyens à quelque chose, c'est logique qu'il y ait un ras-le-bol général, à commencer par moi. Je suis déçu de tout ça, mais aussi du comportement de certains. "
...