Si l'anniversaire de la Révolution était célébré en grande pompe pendant la période soviétique, avec un grand défilé sur la Place Rouge tous les 7 novembre, le programme officiel se contente aujourd'hui très modestement d'expositions et de colloques entre spécialistes. Un défilé a bien eu lieu mardi sur la Place Rouge, mais il s'agissait de la reconstitution en uniformes d'époque de la parade de 1941 lors de la bataille de Moscou, en pleine Seconde Guerre mondiale, quand les soldats sont partis directement de la Place Rouge au front. Et les rares commémorations impliquant le grand public sont pour les autorités l'occasion de mettre l'accent sur l'importance de l'unité nationale et de la réconciliation, en évitant d'évoquer les sujets sensibles. Le président Vladimir Poutine traitera cette journée comme n'importe quel autre jour de travail, a indiqué son porte-parole Dmitri Peskov. Le Parti communiste, qui reste le plus large parti d'opposition au Parlement russe, a prévu pour sa part un rassemblement près d'une statue de Karl Marx non loin du Kremlin. Cet événement ne devrait pas rassembler plus de 5.000 participants. Le mouvement de gauche nationaliste Autre Russie, mené par l'écrivain Edouard Limonov, a également prévu une manifestation à Moscou, autorisée par les autorités. Une vingtaine de ses partisans avaient été arrêtés lundi par la police à Saint-Pétersbourg. Très peu de journaux russes ont choisi de titrer sur l'anniversaire de la Révolution mardi, se contentant de rappels des événements ou de commentaires d'historiens. "Grande célébration ou grande tragédie?", écrit en Une le tabloïd populaire Komsomolskaïa Pravda. (Belga)

Si l'anniversaire de la Révolution était célébré en grande pompe pendant la période soviétique, avec un grand défilé sur la Place Rouge tous les 7 novembre, le programme officiel se contente aujourd'hui très modestement d'expositions et de colloques entre spécialistes. Un défilé a bien eu lieu mardi sur la Place Rouge, mais il s'agissait de la reconstitution en uniformes d'époque de la parade de 1941 lors de la bataille de Moscou, en pleine Seconde Guerre mondiale, quand les soldats sont partis directement de la Place Rouge au front. Et les rares commémorations impliquant le grand public sont pour les autorités l'occasion de mettre l'accent sur l'importance de l'unité nationale et de la réconciliation, en évitant d'évoquer les sujets sensibles. Le président Vladimir Poutine traitera cette journée comme n'importe quel autre jour de travail, a indiqué son porte-parole Dmitri Peskov. Le Parti communiste, qui reste le plus large parti d'opposition au Parlement russe, a prévu pour sa part un rassemblement près d'une statue de Karl Marx non loin du Kremlin. Cet événement ne devrait pas rassembler plus de 5.000 participants. Le mouvement de gauche nationaliste Autre Russie, mené par l'écrivain Edouard Limonov, a également prévu une manifestation à Moscou, autorisée par les autorités. Une vingtaine de ses partisans avaient été arrêtés lundi par la police à Saint-Pétersbourg. Très peu de journaux russes ont choisi de titrer sur l'anniversaire de la Révolution mardi, se contentant de rappels des événements ou de commentaires d'historiens. "Grande célébration ou grande tragédie?", écrit en Une le tabloïd populaire Komsomolskaïa Pravda. (Belga)